"L'Europe ne doit pas seulement être un espace de consommation"

Antoine Oury - 23.11.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - Forum d'Avignon - Aurélie Filippetti - pouvoirs de la jeunesse


Comme l'année précédente ou cet été, à l'occasion de la signature d'un accord-cadre avec Geneviève Fioraso, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti a fait le déplacement en Avignon pour participer à un des débats de l'événement. À l'université d'Avignon, les étudiants l'ont ensuite questionné, la ministre redécouvrant un des pouvoirs de la jeunesse : déstabiliser...

 

 

Aurélie Filippetti à l'Université d'Avignon

Aurélie Filippetti à l'Université d'Avignon et du Vaucluse, ActuaLitté, CC BY-SA 2.0

 

 

Accompagnée par ses collègues Uros Grilc, ministre de la Culture de Slovénie, et Abdoul Aziz Mbaye, ministre de la Culture et du Patrimoine du Sénégal, la ministre a pu à loisir souligner son envie d'étendre le domaine de l'exception culturelle à l'Europe et au-delà. Avec son homologue du Sénégal, elle a pu évoquer ainsi la collaboration de cet été, le Tandem Dakar-Paris, qui s'est concrétisée en 50 événements dans les deux capitales.

 

Difficile, toutefois, de promettre la lune aux étudiants : « La France vit dans la crise économique depuis 40 ans, et malheureusement, nous vivons avec cette perspective. » Toutefois, la « révolution numérique », assure la ministre, est un facteur de confiance, après plusieurs années de méfiance et de crainte. « Un changement radical de perspective, avec aussi, soudain, des modes de communication en réseaux, horizontaux. »

 

Par ailleurs, la ministre a tenu à souligner l'importance des outils numériques pour la création elle-même, et pas seulement pour la diffusion. Et la lutte contre les fractures numériques, source d'inégalités, se place au centre de sa politique. Faisant référence au Conseil européen du numérique, les 24 et 25 octobre dernier, elle explique : « L'Europe ne doit pas être simplement un espace de consommation des services développés ailleurs, outre-Atlantique en particulier, via des outils, des critères ou des normes que l'Europe ne maîtriserait pas. »

 

Toutefois, elle précise : « L'exception culturelle n'a jamais été un repli identitaire ou nationaliste, mais un mécanisme qui permet d'encourager les modes de création, d'expressivité artistique, de diversité culturelle. » Le programme Europe Créative, par ailleurs, a vu son budget global augmenté de 9 % pour la période 2014-2020, annonce la ministre. Ce dernier propose :

  • Une aide financière accrue pour que les artistes et les professionnels de la culture développent leurs compétences et travaillent en dehors de leurs frontières nationales;
  • Davantage de financements pour des activités culturelles transnationales organisées entre États membres et avec des pays tiers;
  • Des programmes de soutien adaptés aux besoins spécifiques des secteurs de l'audiovisuel et de la culture dans l'Union européenne;
  • Des facilités d'accès aux capitaux privés, grâce à des garanties;
  • Un soutien à la compétitivité de l'Europe dans les domaines culturel et cinématographique, conjugué à la préservation de la diversité linguistique et culturelle.
  • Un renforcement de l'expertise bancaire dans les secteurs de la culture et de la création;
  • Un soutien à la compétitivité de l'Europe dans les domaines culturel et cinématographique, conjugué à la préservation de la diversité linguistique et culturelle.

Un espoir dans la création d'emplois, par les aides aux entreprises, mais également en un nouveau souffle donné au projet européen, via la culture et la création. La ministre annonce d'ailleurs, en avril prochain, l'organisation d'un Forum Europe/Culture au Palais de Chaillot, à Paris.

 

Filippetti a terminé en soulignant qu'il appartenait à la jeunesse d'établir un dialogue fertile avec les autres continents, citant François Mitterrand. L'invitation de Marion Maréchal-Le Pen, par France Culture et dans les murs du Palais des Papes, ne lui aura sûrement pas échappé...

 

 

 

 

Pour retrouver notre live tweet des discours des ministres et des questions-réponses, c'est à cette adresse.