L'expérience Conseil de la création artistique s'arrête

Clément Solym - 02.05.2011

Culture, Arts et Lettres - Expositions - conseil - creation - artistique


Coûteux, inefficace et particulièrement critiqué, le Conseil de la création artistique n'aura finalement vécu que deux années - et réalisé bien peu de projets, au cours de sa brève existence. Instauré par Nicolas Sarkozy, c'est le président lui-même qui a annoncé la fin du Conseil.

En 2009, le président Sarkozy décide de mettre en place une sorte de laboratoire d'idées, avec Marin Karmitz, le producteur de cinéma, parmi ses douze membres. Des membres reçus vendredi matin, et qui, au terme du déjeuner passé avec le président, se sont retrouvés remercié. Chaleureusement, précise un communiqué de l'Élysée.

Le président avait réuni les personnes « afin de dresser le bilan des projets expérimentaux auxquels le Conseil a prêté son concours ». Il les aura félicités pour « leur engagement personnel et bénévole dans cette expérience et souhaité, au terme de celle-ci, que les pistes ainsi défrichées soient désormais poursuivies et approfondi par le ministère de la Culture ».

Ratage ? du tout


Selon le communiqué, l'Élysée se réjouit de la réussite rencontrée par le Conseil, étant parvenu à « encourager le développement et l'excellence de la création artistique française et promouvoir sa diffusion la plus large ».

« Le Conseil de la création va être dissous. C'est quelque chose qui dès le départ était conçu comme provisoire, expérimental et n'était pas appelé à durer », rappelait par ailleurs son directeur, Marin Karmitz.

Et le communiqué de souligner un « bilan riche », qui « démontre par l'exemple que, grâce à la mobilisation de tous les acteurs de la création autour de projets novateurs, une modernisation en profondeur de l'action publique en ce domaine est à la fois possible et nécessaire ».

Et en parlant de bilan, on pourra le consulter sur le site internet.

C'est-à dire que..
.

Christine Albanel, ancienne au poste de ministre de la Culture, avant Frédéric Mitterrand aura compté cependant parmi les premières à critiquer cette invention, dont le PS rappelle qu'elle aura eu un coût de 10 millions € « pendant que les budgets dévolus à la création artistique et notamment au spectacle vivant n'ont cessé de diminuer ».

C'est que le Conseil avait pour mission de fluidifier le fonctionnement du ministère de la Culture, estimait le président lui-même. Mais c'est, pour le PS, une occasion de se « réjouir de cette décision qui efface le caprice présidentiel de sa création ».

« Nous ne pouvions pas relancer d'autres actions par manque de temps. Cela n'avait pas de sens de rester une structure si nous n'avions pas le pouvoir de démarrer des choses », explique, à l'AFP, Marin Karmitz.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.