L'exposition Murakami à Versailles est la cible de plusieurs attaques

Clément Solym - 01.09.2010

Culture, Arts et Lettres - Expositions - exposition - murakami - versailles


L'artiste plasticien japonais Takashi Murakami va exposer ses oeuvres dans les appartements royaux du Château de Versailles du 14 septembre au 12 décembre 2010.


On pourra y voir des oeuvres déjà connues mais aussi des oeuvres créées spécialement pour cette exposition. Dans une lettre présentée sur le site du Château, il explique : « il est probable que le Versailles de mon imagination corresponde à une exagération et à une transformation de mon esprit jusqu’au point d’être devenu une sorte de monde irréel à part entière. C’est ce que j’ai essayé de saisir dans cette exposition ». Avant d'inviter les visiteurs « à découvrir le pays des merveilles de Versailles » faisant allusion à l'oeuvre de Lewis Carroll.


Takashi Murakami a été grandement influencé par l'esthétique des manga, on peut donc s'attendre à voir une exposition haute en couleur et en contraste. Cela dit, les visiteurs pourraient être plus surpris par les manifestations contre l'exposition et l'animosité de certaines personnes face à cette forme d'art.

Deux pétitions pour faire interdire l'exposition

En effet, depuis juin une polémique enfle à propos de l'exposition. Et certains groupes font pression pour la faire interdire. Parmi ceux-ci, le site « Versailles mon amour » qui a lancé une pétition où l'on peut lire : « Non ! À la provocation de 'l’art' contemporain… qui ne respecte rien. Non au choc des cultures qui brise l’harmonie : Les bandes dessinées de Murakami peuvent (éventuellement) avoir leur place à l’Orangerie… MAIS EN AUCUN CAS au Château de Versailles ; le château n’est pas un panneau Decaux mais l’un des symboles de notre histoire et de notre culture ». Cette pétition compte déjà 3 300 signatures.


Un deuxième site, « Coordination Défense de Versailles », a lui aussi mis en ligne une pétition et même des tracts sur lesquels on peut lire : « Depuis deux ans, grands appartements royaux, jardins et opéra royal sont la cible d’une politique de néo-vandalisme spéculatif international, de provocations pornos et d’un mépris sexiste de la femme, dévalorisant notre prestige et ridiculisant la France ». La pétition a récolté selon le site 4 403 signatures.

Propos rageurs et réac'

On notera que dans les deux cas les auteurs des pétitions tiennent un discours presque rageur et vaguement réac. Et pour cause, « Versailles mon amour » serait proche de cercles d'extrême droite, et « Coordination Défense de Versailles » proche des descendants de Louis XIV. Ceux-ci avaient d'ailleurs déjà intenté une action en justice contre l'exposition Jeff Koons en 2008 à Versailles mais n'avaient obtenu gain de cause ni devant le tribunal administratif de Versailles ni en appel devant le Conseil d'État. Quoi qu'il en soit, ils se disent prêts à faire appel à nouveau à la justice pour faire interdire l'exposition Murakami.


De son côté, le président de l'établissement public du Château de Versailles, Jean-Jacques Aillagon estime que les protestations « émanent de cercles d'extrême-droite intégristes et de cercles très conservateurs » et affirme qu'ils voudraient transformer Versailles en « un reliquaire de la nostalgie de la France de l'Ancien Régime, d'une France repliée sur elle-même et hostile à la modernité » et se demande bien qu'est-ce qui pourrait bien faire pencher un tribunal en leur faveur.

'Le petit bonhomme au sexe pointé' et 'la petite bonne femme aux gros seins'

Un des points sur lesquels, les opposants à l'exposition s'appuient est le côté trop osé de certaines créations comme celles intitulées « My lonesome cow boy » et « Hiropon ». À propos de ces deux créations précisément, Anne Brassié de Versailles mon amour s'insurge : « Le petit bonhomme au sexe pointé dont le jet de sperme forme un lasso, la petite bonne femme aux gros seins dont le jet de lait forme une corde à sauter n'ont rien à faire dans les appartements royaux ».


Ce à quoi Jean-Jacques Aillagon répond en indiquant qu'aucune de ces oeuvres n'est programmée pour l'exposition, précisant que les oeuvres « ont été choisies avec soin afin qu'elles puissent être vues par tout le monde, comme c'était déjà le cas pour Jeff Koons ».

Vouloir faire interdire une exposition sans même en connaître le contenu, voilà qui est original, non ?

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.