L'insurrection qui gronde, un goût printanier de poésie s'avance

Cécile Mazin - 09.03.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Printemps poètes - Fleur Pellerin - manifestation poésie


Fidèle au rendez-vous, le Printemps des poètes s'est lancé cette année le 7 mars, avec pour thématique L'insurrection poétique. Et de revendiquer les mots de Vladimir Maïakovski : « Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent. » Et le poète russe, alors bien jeune, d'adresser un regard fier à chacun : la poésie, ça vous parle ?

 

 

 

 

Le programme est encore intense pour les poètes, et comme le rappelle la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, « nous savons que leur souffle et leur voix peuvent nous ranimer, nous qui sommes des êtres de langage ». Mais l'insurrection poétique doit être guidée, et Jacques Bonnaffé, en parrain de cette édition, se charge de mener la danse avec une mise en bouche. 

 

 

 

 

Cette année encore, les rencontres, lectures et autres expositions, voire ateliers et concours rythmeront l'organisation. « Au moment où la création peut sembler menacée dans ce qu'elle a de plus fondamental, il nous faut réaffirmer et défendre avec force la liberté de création et d'expression, qui est au cœur du geste poétique », affirme notre ministre.

 

Après 17 années de campagnes battues pour porter le projet du Printemps des poètes, cette nouvelle édition s'inscrit dans la continuité du projet porté depuis les premiers temps par Jean-Pierre Siméon, le directeur artistique de la manifestation.

 

« Parole levée, vent debout ou chant intérieur, elle manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l'homme, elle oppose aux vains prestiges du paraître, de l'avoir et du pouvoir, le vœu d'une vie intense et insoumise. »

 

Plus d'informations