L'opéra de Margaret Atwood, sur l'incroyable Pauline Johnson

Clément Solym - 25.07.2013

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Margaret Atwood - Pauline Johnson - opéra


Margaret Atwood, romancière canadienne, lauréate d'un prix Booker avait en projet, depuis une quinzaine d'années, de monter un opéra, qui raconterait l'histoire de l'auteure, actrice et poétesse Pauline Johnson. C'est en 1999 que le projet a commencé à germer, mais jusqu'à lors, impossible de lui donner vie. Grâce à l'Opéra de la ville de Vancouver, ce sera chose faite en 2014.

 

 

Pauline Johnson

 

 

Âgée 73 ans, Atwood estime qu'il est plus que temps que Johnson soit réhabilité dans la culture canadienne et qu'elle retrouve la place qu'elle mérite dans la littérature du pays. Dans les airs de son opéra, se retrouveront d'ailleurs des extraits des poèmes de Johnson. 

 

Fille d'une chef mohawk et d'un quaker anglais, née dans la réserve des Six Nations, dans l'Ontario, Pauline avait toujours été « déchirée entre la loyauté et l'ambition ». Son rôle sera campé par la mezzo-soprano Judith Forst.

 

Actrice, on remarquait avant tout son énergie et sa vitalité, autant que sa présence.  « Elle avait le courage, l'intelligence et la beauté, comme bon nombre des plus grandes héroïnes d'opéra. Elle a aussi mené une double vie, avec un amour secret, une soeur jalouse et une mort précoce », explique Atwood. Et de rappeler que l'actrice est morte d'un cancer du sein, en 1913.

 

« Hantée par l'échec, déchirée par cette double appartenance, tout à la fois mohawk et blanche, Pauline Johnson se bat pour affronter son passé », explique l'Opéra de Vancouver dans la présentation de cette oeuvre. 

 

La production de Pauline a coûté près de 400.000 $ CA.