L'Ours Paddington inquiète le bureau britannique de classification des films

Julien Helmlinger - 19.11.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Ours Paddington - Animation - jeunesse - Polémique


Stupéfaction à Londres, quelques jours avant la sortie en salles obscures de l'Ours Paddington. Le bureau britannique de classification des films a décrété ce mercredi qu'un contrôle parental serait nécessaire pour l'adaptation cinématographique de l'œuvre de Michael Bond. L'organe a trouvé de « légères références sexuelles » dans la production dédiée à la jeunesse, en revanche l'auteur âgé de 88 ans se dit « totalement étonné » du verdict.

 

 

 

Comme le rapporte le Daily Mail relayé par l'AFP, les nuits de l'écrivain sont compromises : « Je serais très en colère. Je ne pourrais pas bien dormir ce soir. Je ne peux pas imaginer ce que pourraient être les références sexuelles. Il n'y en a pas dans le livre. »

 

Mais pour le bureau britannique de classification des films (BBFC) un contrôle parental (PG — parental guidance) s'imposerait. Sont évoqués quelques « écarts de langage ». Les supposées références sexuelles ont été pointées dans une scène comique qui voit Mr Brown, le père de famille qui accueille l'ourson chez lui à Londres, déguisé en femme et se faisant courtiser par un autre homme.

 

Pour l'organe de censure britannique, les enfants risqueraient même d'apprendre des « comportements dangereux » en visionnant le film de Paul King. Sous prétexte que l'ours Paddington se planque dans un réfrigérateur, et fait du skate-board derrière un bus. Sont également pointées de « légères menaces », concernant les scènes où l'animal se trouve poursuivi par une taxidermiste qui veut sa peau.

 

Malgré la polémique, le bureau a confirmé qu'il maintenait la classification PG, mais changeait la qualification de « légères références sexuelles » en moindres « insinuations ». L'organe précise s'être référé à ses lignes directrices durcies l'an dernier, et que le distributeur du film était satisfait du verdict. Histoire de mettre en relief, le Frozen de Disney n'a pas échappé non plus à la mention PG.

 

Pour l'acteur Hugh Bonneville, qui incarne Mr Brown, le film serait « parfaitement regardable » par les moins de huit ans. Interrogé par la BBC, il a ajouté : « Je l'ai vu avec des enfants de cinq ans l'autre jour et le seul danger était qu'ils fassent pipi de rire dans leur culotte. »

 

Sortie en salles françaises prévue pour le 3 décembre, et que les parents se rassurent, pour le moment la production n'est pas encore approuvée par le sceau de Pedobear.