2015 : Les Pontons flingueurs visent (toujours) juste

Cécile Mazin - 06.07.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - Pontons flingueurs - manifestation littéraire - Annecy Polar


 Le rideau s’est refermé le 27 juin dernier, sur 3 jours de festival plus intenses que jamais. Pour la 4e édition du festival de polar français Les Pontons Flingueurs – mêlant savamment auteurs de livres et de BD – le spectacle était grandiose. Rencontres au sommet, entre truands et hommes de loi, lecteurs et auteurs très avertis... Retour en images. 

 

Festival d'Annecy 2015 les Pontons Flingueurs

 

 

Les Pontons flingueurs font parler d’eux, de la cité lacustre savoyarde aux maisons d’éditions parisiennes. Sans doute parce que l’organisateur, René Vuillermoz est une figure locale reconnue, pour qui est féru de livres. Cet homme passionné a la volonté d’initier le plus grand nombre à l’art subtil du savoir-lire. Une passion dévorante qu’il partage depuis des années à travers de nombreuses rencontres littéraires, et qui se concrétise plus encore depuis 4 ans, autour du polar — violon d’Ingres de ce gargantuesque lecteur. 

 

Le cocktail des Pontons flingueurs est explosif ; âmes sensibles s’abstenir ! Passez votre chemin si la controverse vous déplaît ; seuls les épicuriens droits dans leurs bottes s’en tirent à bon compte pendant cette croisière qui amuse ; folle embarcation sur le pont de laquelle les langues se délient, entre auteurs et public. Sur le bateau les masques tombent ; ici se croisent des hommes aux passés parfois lourds et souvent opposés ; des horizons si différents, qui s’accordent quelques heures sur celui, sublime, du lac d’Annecy. 

 

 

160 passagers ont embarqué sur la croisière en compagnie des 22 auteurs ; 75 personnes ont participé au grand jeu « Question pour un polar », soutenues par 200 spectateurs amusés ; 600 personnes sont passées sur le Salon du Polar ; près de 200 se sont côtoyées dans les jardins de Sophie Bise ; 300 étaient présentes pour la clôture à la Préfecture d’Annecy quand elles étaient 250 à l’inauguration. Une faste édition. 

 

De leur côté, les libraires se réjouissent d’une excellente édition qui, au cours des trois journées, a réalisé de « très bonnes ventes ».

 

On note une fréquentation en hausse. « Cette édition est un très bon cru, la notoriété se construit, nous avons plus de partenaires. C’est très prometteur pour l’avenir », explique René Vuillermoz, avant de rajouter : « Nous avons beaucoup de nouvelles idées pour les prochaines éditions, ce sera encore plus fort ! » 

 

Les auteurs sont de plus en plus nombreux à vouloir participer aux prochains Pontons ; curiosité attisée par des pairs comme René Frégni, qui écrit à ce propos : « (...) le festival le plus déjanté que je connaisse, et j’en ai fait depuis trente ans... Des flingues et des stylos dans tous les coins, de grands crimes littéraires et des petits dessous qui poussent à tous les crimes, des repas entre amis, de l’humour sur tous les pontons, des bateaux blancs bourrés de mots, de poésie et de mystères, l’émeraude d’un lac et les rencontres d’un soir ou d’une vie. Quand on a mon ami René comme capitaine, il faut s’attendre au pire et le pire, comme dans tout bon polar, est chaque année le meilleur. »