La BnF dévoile l'impressionnante collection du bibliophile Pierre Leroy

Antoine Oury - 21.04.2016

Culture, Arts et Lettres - Expositions - BnF bibliothèque exposition - Pierre Leroy bibliophile - Pierre Leroy collection


Du 21 avril au 24 mai prochain, la Bibliothèque nationale de France propose de découvrir une partie de la collection du bibliophile Pierre Leroy à la Bibliothèque de l'Arsenal (Paris). Après Pierre Bergé et Jean Bonna, c'est un troisième amateur des livres et des leurs auteurs qui offre de véritables morceaux d'histoire littéraire au public. 

 

Les choix de Pierre Leroy, livres et manuscrits

« À Patricia [Blake], en silence, avec la dure et longue fidélité d'un [Étranger] », exemplaire de L'Étranger avec autographe d'Albert Camus, Paris, Gallimard 1942

 

 

Une exposition de bibliophile, c'est un peu comme découvrir la bibliothèque de quelqu'un : on découvre les ouvrages et les auteurs favoris de l'intéressé. Dans le cas de Pierre Leroy, cogérant du groupe Lagardère, à travers cette exposition, on devine sa passion pour Albert Camus, les surréalistes et Donatien Alphonse Françoise de Sade, mieux connu sous le nom du Marquis de Sade.

 

Avec son ancrage dans le XXe siècle, pas si loin, la partie de la collection consacrée à Camus est probablement la plus riche : en rassemblant les lettres, billets, photos, Pierre Leroy reconstitue aussi l'oeuvre de l'écrivain, et ses relations avec ses contemporains. À l'instar de cet exemplaire de L'Homme révolté dédicacé « Au Castor À Sartre leur ami A. Camus », suivi par une autre, « Et qq temps plus tard à Stevo Radeff sa meilleure Annie ». On remet aussi un peu d'humain dans l'auteur avec l'exposition, qui permet par exemple de découvrir des bribes de la relation entre Camus et Patricia Blake.

 

Les choix de Pierre Leroy, livres et manuscrits

L'Homme révolté, Albert Camus, Paris, Gallimard, 1951

 

 

On découvrira aussi beaucoup de Sade, donc, à travers son testament ou son influence sur d'autres auteurs, comme Paul Éluard, qui adresse un exemplaire des Dessous d'une vie ou la pyramide humaine à André Breton, avec ces mots : « Trois hommes ont aidé ma pensée à se libérer d'elle-même : le marquis de Sade, le comte de Lautréamont et André Breton ».

 

Les choix de Pierre Leroy, livres et manuscrits

Dessous d'une vie ou la pyramide humaine, Paul Éluard, Marseille, Les Cahiers du Sud, 1926

 

 

La BnF poursuit donc son cycle d'exposition consacré aux bibliophiles chevronnés : « Je pense que c'est très important pour montrer à quel point la collection est une chose vivante, à quel point les collectionneurs ont pour habitude de partager leur passion, et au fond, ce que montre Pierre Leroy avec son exposition, c'est à quel point la bibliophilie est une matière vivante : il fait revivre les écrivains qu'il aime par ce biais », souligne Benoït Forgeot, libraire spécialisé en manuscrits et livres anciens basé dans le 6e arrondissement de Paris.

 

S'il devait emporter des pièces de la collection de son ami Pierre Leroy, « ce serait ces pièces qui remontent à Théophile de Viau, un poète maudit du XVIIe, ou encore le manuscrit de Jacques Chessex pour Le dernier crâne de M. de Sade », précise le libraire.

 

Niveau scénographie, l'exposition est en mode service minimum et succession de vitrines : si les pièces présentées sont assez remarquables, le néophyte sera totalement perdu dans l'expo, qui n'offre que peu de mises en contexte, encore moins d'éléments interactifs ou simplement des supports visuels, par exemple. Bref, on a un peu l'impression qu'il s'agit d'une exposition mise en place pour les autres bibliophiles, et c'est probablement le cas.

 

Cela dit, l'entrée est libre, et le détour peut être fait, ne serait-ce que pour admirer l'intérieur de la Bibliothèque de l'Arsenal.

 

 

 

  La collection de Pierre Leroy exposée