Rentrée littéraire : La fashion week des libraires


Le jury qui remettait la bourse Cioran 2017 a cette année choisi de récompenser François Bon, pour son projet d’essai intitulé 1925 : une année de Lovecraft. Cette bourse du Centre national du livre, d’un montant de 18 000 euros, est décernée chaque année à un essayiste de langue française afin de lui permettre de mener à bien un projet d’essai de facture libre, d’ordre philosophique et/ou littéraire, dans la lignée des grands essayistes, de Montaigne à Cioran. 



Crédit François Bon

 

La dix-septième bourse Cioran a été attribuée à Francois Bon, pour son projet d’essai intitulé 1925 : une année de Lovecraft. Ce projet s’attache à « recontextualiser » l’année 1925 d’Howard-Phillips Lovecraft (1890-1934), l’un des maîtres de la littérature fantastique du XXe siècle. 

 

Pour ce faire, l’ouvrage s’appuie d’une part sur un agenda tenu au jour le jour par l’écrivain qui vit seul à Brooklyn durant cette période de profondes mutations techniques et scientifiques, et d’autre part sur des numéros du New York Times de la même époque. 
 

Le jury, composé de Vincent Monadé, président du Centre national du livre, Belinda Cannone, essayiste et romancière, Claude Arnaud, écrivain, ancien lauréat et Verena von der Heyden-Rynsch, écrivain, traductrice en allemand et spécialiste de l’œuvre de Cioran, a salué un projet ambitieux et original, qui devrait contribuer à une vision renouvelée de l’auteur de L’appel de Cthulhu



 

Né en 1953, romancier, essayiste, traducteur, dramaturge, biographe, pionnier de la littérature en ligne, François Bon a publié une trentaine de livres, dont Sortie d’usine (Minuit, 1982), Pour Koltès (Les Solitaires intempestifs, 2000) et Rock’n roll. Un portrait de Led Zeppelin (Fayard, 2008). 

 

En 2016, elle avait été attribuée à Bruce Bégout. On peut également retrouver son travail sur Lovecraft, sur Tiers Livre.