La Foire de Bologne partagée entre jeunes adultes et vieux enfants

Antoine Oury - 29.03.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - Foire de Bologne - jeunes adultes - autoédition


Outre le froid qui a visiblement laissé des séquelles aux journalistes de Publisher's Weekly, la Foire de Bologne a été marquée par l'indécision des publics à trancher entre livres pour enfants et littérature jeunes adultes. Tant mieux pour les éditeurs, qui en ont profité pour présenter des projets éditoriaux plus risqués.

 

 

Crédit photo ActuaLitté

 

 

 Ginger Clark, agent chez Curtis Brown, s'en est tout de suite rendu compte : « Les gens sont devenus sceptiques vis-à-vis des trilogies, et je n'ai pas entendu de genres que les gens voudraient absolument, à part les oeuvres contemporaines pour jeunes adultes, et c'est plutôt libérateur », explique-t-elle. Si la science-fiction ou les vampires ont fait recette, la romance reste le centre d'intérêt des éditeurs et des lecteurs.

 

Des récits plus réalistes, donc, et plus tournés vers l'intériorité, avec une découverte de l'identité intime qui pouvait faire défaut à des oeuvres de science-fiction destinées aux Young Adults (YA). Et dans ce domaine également, la chaîne de découverte a changé : pas mal d'auteurs présents sur le salon ont connu l'auto-édition avant de rejoindre le giron de prestigieuses maisons. 

 

Si chacun a l'air de justifier son livre, d'autres en sont déjà à l'étape de négociation des droits d'adaptation, grand rendez-vous de la Foire de Bologne. Si Disney s'impose, pas mal de boîtes de production font leur petit marché dans les allées du salon littéraire.

 

Les livres d'images ont également attiré l'attention, avec un nombre de jeunes illustrateurs au m² assez dense : « On dirait qu'il s'agit de la destination en Europe où il faut être pour montrer son travail », souligne Harriet Ziefert, éditrice chez Blue Apple Books.

 

Alors, vous pouvez déjà réserver vos billets...