La numérisation, centre de l'attention à la Shanghai Book Fair

Clément Solym - 27.09.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Shanghai Book Fair - Chine - livre numérique


Un mois environ après la Shanghai Book Fair, le Bureau de la Presse et de l'Édition de Shanghai a publié les résultats d'une étude consacrée aux habitudes de lecture des Chinois, augmentée des résultats annuels de l'industrie. Le bilan est net et clairement formulé : l'édition se porte très bien, et la lecture numérique s'inscrit doucement dans le quotidien de la population chinoise.

 

Shanghai Book Fair

La Shanghai Book Fair, Semee, CC BY-NC-ND 2.0

 

 

La croissance du marché du livre, en Chine, est un phénomène généralisé : d'année en année, papier et numérique gagnent en envergure. Les 26 % de croissance annuelle des bénéfices de l'édition numérique, ainsi que la présence de 500 éditeurs lors de la dernière édition de la Shanghai Book Fair témoignent de la bonne santé du secteur. Les différentes résistances à l'édition numérique, même  de l'autre côté de la planète, ne sont pas foncièrement différentes.

 

Après la peur du piratage et les inquiétudes liées au contrat d'édition numérique, les éditeurs se tournent désormais vers la numérisation massive de leur catalogue, malgré des difficultés pour financer toute l'opération à partir des seules filiales numériques. « La tendance à la numérisation est inévitable. Les livres numériques vont rendre la lecture plus populaire et plus accessible », admet ainsi Si Hongjun, vice-président du Shanghai Century Publishing Group. Les revendeurs de readers l'ont bien compris, jusqu'à faire du marché un nouveau terrain de chasse aux prix. (voir notre actualitté)

 

Et les lecteurs se sont déjà fait à l'idée : 56 % d'entre eux choisissent la lecture sur papier, contre 32 % pour le numérique, tandis que le temps passé sur chaque support est relativement similaire. Les utilisateurs sont en tout cas suffisamment nombreux pour générer un chiffre d'affaires de 16,9 milliards € pour l'industrie du livre numérique. Inutile de souligner qu'elle fait figure d'excellente élève.

 

Malgré tout, le commerce est encore parfois chaotique : les auteurs dialoguent souvent avec le diffuseur, sans le truchement d'un plan communication ou la mise au point de métadonnées, au risque de passer inaperçu. Et tout ne fonctionne pas : la Shanghai Trnaslation Publishing House a ainsi tenté de proposer des auteurs US et Européens en version numérique. Un flop total, qui côtoie Cloudary, le service de lecture mobile qui cumule 68 millions d'utilisateurs, dont 21 millions d'abonnés.