La Plume et l'épée : redorer le blason de l'armée française

Clément Solym - 18.05.2009

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - plume - épée - redorer


Elle s'est achevée avec la remise des prix littéraires L'épée et la plume et La plume et l'épée, remis durant la manifestation organisée par l'Armée de Terre qui a tenté de rendre à son uniforme les honneurs qui lui sont dus.

Car s'il est un domaine où les militaires ont aujourd'hui à se battre, c'est bien celui du livre. Ce n'est pas seulement parce que le pays a une tradition anti-militariste héritée de mai 68 et des influences diverses du Flower power... Car les généraux qui dirigent notre belle armée - quoi de plus beau que la guerre, cher Candide ? - trouvent qu'un grave manque d'intérêt pour la littérature militaire se faite aujourd'hui sentir.

La plume et l'épée avait donc pour objectif principal de réconcilier l'armée et les auteurs. Il est vrai que depuis la Guerre des Gaules de César, on n'avait pas grand-chose à manger.

Les récompenses ont été remises le 16 mai, tout d'abord au colonel Benoît Durieux, qui fit paraître chez Economica en 2008 Clausewitz en France, quand François Robichon a été reconnu pour Édouard Detaille, un siècle de gloire militaire" chez Bernard Giovanangeli éditeur.