La semaine du livre banni contre l'instinct de censure aux USA

Clément Solym - 01.10.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - livre - banni - etats unis


La semaine annuelle du livre contesté et interdit vient d'être lancée aux États-Unis. Elle se tiendra du 30 septembre au 6 octobre. En plus de fêter son trentième anniversaire, l'évènement souligne une fois de plus sa volonté de clamer une lecture libre.

 

Il est assez courant finalement, que dans certains états américains, une bibliothèque ou des écoles publiques décident de retirer un livre des rayons à cause d'une plainte parentale. Pour l'exemple, début 2012, le Tuscon Unified School District (TUSD), en Arizona, a écarté des cours et bibliothèques scolaires des ouvrages que les autorités estimaient politiquement incorrects, ceux-ci encourageant notamment la chute du gouvernement américain. Les livres considérés dorénavant comme illégaux ont été retirés des listes de lectures, des cours et des bibliothèques scolaires. Au placard des classiques comme La Tempête de William Shakespeare ou Pedagogy of the Oppressed du philosophe et pédagogue brésilien Paulo Freire.

 

Cette année, interdit dans certaines bibliothèques de Floride, Cinquante nuances de Grey rejoint le banc des bannis aux côtés de Fahrenheit 451 et s'ajoute à une liste déjà bien longue de livres ayant été contestés ou interdits dans les bibliothèques ou les écoles. L'évènement met néanmoins en place des « lectures virtuelles » afin de partager des extraits de cette littérature censurée.

 

Et tout est bon pour célébrer la semaine du livre constesté : Corey Michael Dalton, écrivain, a décidé de passer la semaine à la fenêtre de la bibliothèque Kurt Vonnegut Memorial d'Indianapolis. « Il s'agit d'attirer l'attention sur l'évènement Banned Book Week, qui a été mis en place la dernière semaine de septembre, chaque année depuis 1982 ».  Et d'ajouter : « Beaucoup de gens sont surpris d'apprendre que les livres sont toujours activement contestée et / ou interdites aux États-Unis, mais c'est vrai. En 2011, par exemple, To Kill a Mockingbird, Brave New World et The Hunger Games trilogie étaient tous dans le top 10 de la liste des livres censurés ».

 

Car, ce n'est pas moins de 326 rapports de tentatives visant à supprimer des livres des étagères que l'American Library Association a reçus cette année. Des auteurs comme John Green, avec Looking for Alaska, ont été interdits dans le Tennessee parce qu'il « contenait une rencontre sexuelle maladroite entre les protagonistes adolescents », tandis que le livre d'Amy Timberlake, The Dirty Cowboy, vivait de mauvaises heures pour avoir montré l'image d'un cowboy prenant un bain. « La plainte des parents reposait sur l'idée que « les enfants peuvent venir à la conclusion que regarder la nudité c'est bien, et donc que la pornographie c'est bien aussi », a déclaré la Coalition Nationale Contre la Censure.  « Quand on entend des personnes appeler les dessins d'un baigneur partiellement nu comme « obscène » et « pornographique », il devient clair que l'instinct de censure est bel et bien vivant dans ce pays ».

 

Joan Bertin, directrice exécutif de la Coalition Nationale Contre la Censure pointe le fait que les livres sont « jugés non en raison de leur valeur littéraire, éducative ou de divertissement, mais parce qu'ils contiennent certains jurons, des scènes sexuelles, de la violence, de l'alcool ou des drogues, ou tout simplement parce que les personnages sont de mauvais exemples ».

 

À occulter l'aspect littéraire, le chemin qui mène à la censure est tout tracé.

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.