La Société des Gens de Lettres distribue ses récompenses aux traducteurs

Orianne Vialo - 24.05.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix SGDL traduction 2016 - SGDL remise de prix - Grands prix de Printemps SGDL


La Société des Gens de Lettres (SGDL) vient d’attribuer les prix de traduction, qui seront remis aux lauréats le 21 juin prochain dès 19h30 à l’Hôtel de Massa à l’occasion de la fête des Grands prix de Printemps, lors d’une lecture musicale. Fondée en 1838, cette association privée est la seule association française d’auteurs gérée par des auteurs. Chaque année au mois de juin, elle attribue plusieurs prix qui récompensent des traducteurs en langue française d’ouvrages écrits en langue étrangère. 

 

 

 

Le Prix Maurice-Edgar Cointreau qui est doté par la SGDL et par la Fondation Loïs Roth à hauteur de 1.000 € chacun. Ce dernier vise à récompenser une traduction littéraire de l’américain.

 

D’une valeur de 2.000 €, le Prix Baudelaire, créé en 1980, couronne la meilleure traduction française d’un ouvrage de fiction en anglais dont l’auteur est un ressortissant du Royaume-Uni ou d’un des pays du Commonwealth. 

 

Le Prix Gérard de Nerval SGDL/Goethe Institut doté à hauteur de 4.000 € par la SGDL et le Goethe Institut distingue la traduction en français d’un ouvrage allemand. Les traductions primées doivent avoir été parues entre le 1er janvier et le 31 décembre de l’année précédant le prix. 

 

Le Grand Prix SGDL de traduction pour l’ensemble de l’œuvre a été crée en 2011 et est quant à lui doté de 6.000 € par la SGDL. Il a été inventé en remplacement du Prix Halpérin-Kaminsky Consécration, attribué de 1993 à 2010. Les traductions sont sélectionnées sur l’année précédant le prix. 

 

Prix Baudelaire de traduction de l’anglais

Mathilde Bach

J’ai vu un homme de Owen Sheers

Rivages

 

Prix Gérard de Nerval SGDL/Goethe-Institut

Françoise Toraille

Avant la fête de Saša Stanišić

Stock (la cosmopolite)

 

Grand Prix SGDL de traduction pour l’ensemble de l’œuvre

Éric Boury

D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds de Jón Kalman Stefánsson

Gallimard

 

Prix Maurice Edgar-Coindreau

Jean-Yves Pellegrin

Orfeo, de Richard Powers

Le Cherche-Midi (Collection Lot 49)

 

Cette annonce survient quelques jours à peine après que René Depestre a été salué pour l’ensemble de son œuvre. Il a remporté le Grand Prix SGDL de Littérature pour l’ensemble de l’œuvre avec son ouvrage Popa Singer, publié aux éditions Zulma en 2016.