La trilogie MaddAddam de Margaret Atwood enflamme Hollywood

Cécile Mazin - 29.01.2018

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Margaret Atwood Maddaddam - atwood dernier homme - temps déluge Atwood


Surfant sur la vague du succès de La servante écarlate et d'Alias Grace, les studios américains s’enflamment pour Margaret Atwood. C’est la trilogie délirante qui attire l’attention. Et la Paramount sort vainqueur du jeu des enchères. Jimmy Snowman, bientôt superstar ?



 

 

C’est dans un univers post-apocalyptique comme on les redoute que démarre la trilogie : Le dernier homme, Le temps du déluge et MaddAddam est une saga dystopique (traduite chez Robert Laffont). Avec la complicité d’Anonymous Content, le studio s’est déjà mis en route pour le premier opus.

 

La série est centrée sur Jimmy Snowman, dégoûté de ce que les toutes puissantes corporations dirigent la civilisation. Son meilleur ami produit dans le même temps une drogue qui plombe l’humanité. Bienvenue dans le meilleur des mondes de demain...

 

David Kanter et Bard Dorros d’Anonymous Content, avec le soutien d’Angus Wall de Rock Paper Scissors Entertainment, Linda Carlson et Kent Kubena sont chargés de ce projet. 

 

Atwood, elle, est impliquée et manifestement très heureuse : « Je suis ravie de la vision qui m’a été exposée par Angus, Kent, David, Bard et Amy, ainsi que de la superbe présentation visuelle qu’ils ont réalisée. J’ai hâte de travailler avec eux », assure-t-elle dans un communiqué. 

 

Margaret Atwood, personnalité de l'année 2017
avec La servante écarlate

 

Traduit par Michèle Albaret-Maatsch, Le dernier homme raconte un univers vraiment flippant. « Un monde dévasté à la suite d’une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l’ensemble de l’humanité.

 

D’ailleurs, c’est presque fait : d’êtres humains, au début du Dernier Homme, il ne reste que Snowman, lequel est confronté à d’étranges créatures génétiquement modifiées — les Crakers, une nouvelle race d’“humains” programmés pour n’être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux —, et à des animaux hybrides qui s’appellent désormais porcons, louchiens ou rasconses. »

La fresque futuriste s’échelonne sur dix années d’écriture : le premier volume est sorti en mai 2003, pour se clore en août 2013...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.