La vie d'Adèle échappe à la pression des intégristes (Conseil d'État)

Nicolas Gary - 01.10.2016

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - La vie d'Adèle - Le bleu est une couleur chaude - Conseil Etat décision


Retournement de situation pour La Vie d’Adèle. Ce film inspiré de la BD de Julie Maroh, Le Bleu est une couleur chaude, restera bel et bien interdit uniquement aux moins de 12 ans, ainsi que son visa d'exploitation le permettait. Victoire pour l’œuvre, qui reçut la Palme d’or 2013 à Cannes.

 

 

 

Tout avait débuté avec cette association extrêmement proche des extrémistes catholiques : déjà, l’homosexualité, féminine, au cœur du film, passait mal. Mais surtout, les images étaient trop choquantes, crues, violentes : bref, interdire ce film aux moins de 18 ans était un minimum. Le groupe Promouvoir, basé dans la région PACA avait déjà fait quelques dégâts en la matière, s’attaquant au film Baise-moi de Virginie Despentes

 

L’organisation avait donc sollicité la justice, et le ministère de la Culture, alors piloté par Fleur Pellerin, s’était vu demander par la cour administrative de Paris de réexaminer la demande de visa. La rue de Valois annonçait alors un pourvoi en Cassation devant le Conseil d’État. 

 

Chose étonnante, Abdellatif Kechiche n’avait pas trouvé la demande si étonnante : selon lui, le film n’était pas nécessairement destiné à des publics de moins de 12 ou 14 ans. D’ailleurs, à sa sortie aux États-Unis, le film était classé interdit au moins de 17 ans – on aurait dû se méfier. Mais 18 ans, tout de même...

 

Julie Maroh fait du bleu une chaude couleur

 

 

On ignore si le Conseil d’État a vu le film dans son intégralité, mais sa décision est nette : la demande d’annulation du visa accordé le 26 juillet 2013, qui n'était assorti que d’une interdiction aux mineurs de 12 ans et d’un avertissement, sera renvoyée aux oubliettes. L’arrêt de la Cour administration d’appel de Paris est annulé, tout simplement.

 

Du sexe simulé, mais inscrit dans une véritable narration

 

Pour le CE « il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que si les scènes de sexe en cause, bien que simulées, présentent un caractère de réalisme indéniable, elles sont, d’une part, exemptes de toute violence, et, d’autre part, filmées sans intention dégradante ». 

 

Or ces séquences s’inscrivent bien dans une trame narrative, « dont l’ambition est de dépeindre le caractère passionné d’une relation amoureuse entre deux jeunes femmes ». 

 

 

 

Pour l’association Promouvoir, « les effets du film sur la sensibilité du jeune public faisaient obstacle à ce que sa représentation publique ne soit interdite qu’aux seuls mineurs de moins de douze ans ». Mais il faudra se faire une raison, poursuit le Conseil d’État, car « la ministre est, par suite, fondée à demander, sans qu’il soit besoin d’examiner les autres moyens du pourvoi, l’annulation de l’arrêt attaqué ». (voir la décision)

 

L’homosexualité est une couleur chaude et mortelle en Iran  

 

 

Le long-métrage met en scène Adèle, une jeune fille de 15 ans, qui tombe sous le charme d’une certaine Emma plutôt que du jeune Thomas qu’elle fréquente. Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, était paru en France aux éditions Glénat en 2010. 

 

Ce n'était pas simulé, se scandalise Promouvoir

 

Si l’affaire est renvoyée par le Conseil d’État devant la cour administrative, l’association n’a pas manqué de crier au scandale. Dans sa décision, le CE souligne que les scènes sont simulées, mais selon Promouvoir, qui s’appuie sur des déclarations faites par les actrices elles-mêmes, les scènes de sexe n’auraient pas du tout été simulées. 

 

« [I]l était de notoriété publique qu’elles ne l’étaient pas et que les actrices l’ont elles-mêmes répété à plusieurs reprises », insiste Promouvoir. Sauf que les deux actrices, citant le réalisateur, ont plutôt dit : « Quand on meurt dans un film, on ne meurt pas dans la vie. » Et que le film, qui est une fiction, s’appuie sur un travail d’illusion, et rien de plus : Kechiche est un réalisateur qui a la volonté du réalisme, pas de la pornographie...

 

Mais on entretient les fantasmes que l’on peut – et dans le cas présent, cela signifie simplement que les actrices étaient fantastiques...

 


Pour approfondir

Editeur : Glenat
Genre : bandes dessinees...
Total pages : 162
Traducteur :
ISBN : 9782723498760

Le bleu est une couleur chaude

de Maroh, Julie(Auteur)

" Mon ange de bleu, Bleu du ciel, Bleu des rivières, Source de vie. ".La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir. Elle lui permettra d'affronter enfin le regard des autres. Un récit tendre et sensible.

J'achète ce livre grand format à 17.50 €