medias

La ville de Paris va-t-elle faire payer le Covid aux salons du livre ?

Antoine Oury - 04.11.2020

Culture, Arts et Lettres - Salons - ville paris subvention - festival livres covid - paris suventions


La fin d'année aura été particulièrement délicate pour les salons du livre français : dès le mois d'octobre, les mesures sanitaires se renforçaient, bientôt suivies par des couvre-feux, et enfin un second confinement. À Paris, plusieurs événements ont dû renoncer à une partie ou la totalité de leur programme. Et certains pourraient aussi dire adieu à des subventions versées par la Mairie de Paris, selon nos informations.

Woman pouring coins from wallet, concept of financial constraints, poverty


Le Covid, pour des raisons évidentes, aura mis un véritable coup d'arrêt aux événements autour du livre, en cette année 2020. Si des festivals et salons ont pu se glisser dans le court répit estival laissé par le coronavirus, l'automne a vu le retour des mesures sanitaires, jauges et autres interdictions de rassemblement, fatales pour un grand nombre de manifestations.

Le Marché de la Poésie fait partie de ces événements qui ont connu une année 2020 houleuse. Doublement, même, puisque le salon des auteurs et éditeurs de poésie a été annulé à deux reprises, en juin, d'abord, puis en octobre dernier. Les organisateurs dénonçaient alors le silence de la mairie, mais aussi « une grave injustice, [un] véritable fait du prince », considérant que le préfet de police de Paris n'avait pas fourni de réponse quant à la possibilité légale de maintenir le Marché de la Poésie.

Vincent Gimeno-Pons, délégué général de l'association c/i/r/c/é, à l'origine du Marché de la Poésie, évoque un mail « incroyable » de la Ville de Paris, reçu à la fin du mois d'octobre, et qu'ActuaLitté a pu consulter. Le Bureau des Bibliothèques et de la lecture de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris y demande « le montant total des subventions » de l'événement pour son édition 2020, avant de déclarer, lacunaire : « En effet, votre événement ayant été annulé, il nous faudra revoir votre subvention pour 2021. »

Malgré des tentatives, l'organisation du Marché n'aura pas pu obtenir plus de précisions de la ville de Paris. À l'inverse, la région Île-de-France, qui verse des subventions aux événements selon le pourcentage des dépenses de leur dernière édition, a assuré qu'elle ne tiendrait pas compte de cette année 2020 particulière pour les attributions de subventions.

Les aides de la mairie de Paris ne représentent « que » 15.000 € environ dans le budget du Marché de la Poésie, autour de 250.000 €. « Cette année, la subvention est montée à 18.000 € », précise Vincent Gimeno-Pons, « mais elle n'avait pas bougé depuis 2004 ».

L'organisation du Marché s'inquiète toutefois de cette baisse programmée, d'autant plus que les annulations n'ont pas empêché les dépenses, « pour l'impression des journaux, les affiches, les cartes postales, à quelques semaines de la manifestation, qui a en plus été reportée cette année. Nous allons aussi nous assurer que tous les auteurs qui ne sont pas intervenus soient indemnisés, et les éditeurs remboursés », précise encore le délégué général du Marché. « On se rend compte que la culture passe un petit peu à l'as... »
 

Rester aux côtés des auteurs et des éditeurs


Soucieux de ménager leurs partenaires éditeurs ou les intervenants auteurs, la plupart des salons parisiens annulés de l'automne ont décidé de faire un geste en leur direction, entamant ainsi, voire consommant, le budget 2020 d'un événement finalement annulé, en partie ou totalement.

Le salon L'autre livre, d'habitude organisé deux fois par an, au printemps et à l'automne, a ainsi pu « rembourser tout le monde, et à 100 %, après l'annulation du premier événement », nous précise Pascale Goze, en charge des subventions de l'événement en 2020. Au printemps 2020, suite à un changement du portail de la ville de Paris, la subvention pour le premier salon de l'année n'avait pas abouti. 2500 € ont pu être obtenus de la ville pour le second salon, celui de l'automne, finalement lui aussi annulé. Et, cette fois, les fonds ne sont pas suffisants pour effectuer des remboursements.

Et le message de la mairie de Paris reste assez clair : un courrier a annoncé une revue à la baisse des subventions, avant même le dépôt des demandes. « Les personnes qui gèrent le pôle association nous ont effectivement prévenus : la tendance serait à la baisse », indique encore Pascale Goze. « Or, ces subventions sont vitales pour nous, qui avons un salarié au sein du local associatif, des frais annuels, sans parler des coûts liés à la communication, au stockage du mobilier... »

Si le contexte sanitaire et économique semble expliquer ce serrage de vis financier de la mairie de Paris, nos interlocuteurs s'étonnent toutefois qu'il touche aussi directement et rapidement la culture. Une position d'autant plus étrange, alors que la mairie de Paris communique en long et en large sur la nécessité de l'ouverture des librairies indépendantes au public, avec un engagement direct de la maire Anne Hidalgo... Laquelle demande également aux Parisiennes et Parisiens de boycotter Amazon.

Le message n'apparaît d'ailleurs pas clair au sein de la municipalité elle-même, car tous les organisateurs n'ont pas reçu le même signal. Alain Gorius, trésorier de l'association Pages, qui organise un salon du livre d'artiste contemporain à Paris, nous indique que l'événement reçoit chaque année 3000 € de la mairie de Paris, soit 5 % des frais engagés, et qu'aucun message n'a été reçu quant à une baisse des versements. Pourtant, l'édition 2020, prévue du 20 au 22 novembre, est elle aussi annulée...
 
De même, Marina Corro, chargée des partenariats et de la médiation pour le festival Formula Bula, en partie maintenu au début du mois d'octobre, ne fait pas état d'une telle baisse annoncée. « Je me suis engagée à payer tous les auteurs, invités et intervenants du festival », nous signale-t-elle également. Pour Formula Bula, la subvention publique n'excède pas 60 % du budget, avec un apport de 30 % de l'organisation. La mairie du 10e arrondissement apporte quant à elle 9000 € environ, pour les stands, l'impression du programme ou encore l'installation de toilettes sèches : « Ce budget n'ayant pas été complètement dépensé, une réorientation pourrait intervenir. »

Malgré nos efforts, nous n'avons pas réussi à joindre le service presse de la ville de Paris, ni la Direction des affaires culturelles.


Photographie : illustration, Marco Verch Professional Photographer, CC BY 2.0


Commentaires
Juste une petite précision : la Mairie de Paris nous a évoqué une révision de notre subvention pour 2021, même si cette nuance n'augure guère de bons auspices...

Vincent Gimeno-Pons
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.