"Un livre c’est mieux qu’un dessin animé ça laisse plus de liberté" (F. Pellerin)

Cécile Mazin - 17.07.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - lire short - Fleur Pellerin - jeunesse lecture


Ce matin à Cergy-Pontoise, la ministre de la Culture était présente sur l’île de loisirs, pour inaugurer la manifestation Lire en short. L’une des quatre scènes nationales, avec Bordeaux, Marseille et Fécamp, qui accueillent sur trois jours uniquement, les célébrations autour du plaisir de la lecture – à transmettre et partager.

 

Inauguration de Lire en short, manifestation jeunesse

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Particulièrement à l’aise avec les enfants réunis, Fleur Pellerin assure avoir « conçu cette fête en pensant à [eux] ». Et comme une histoire déjà entendue, elle explique : « J’ai appris à lire à l’âge de 4 ans quand je me suis cassé une jambe. » Précisons : en passant son flocon au ski.

 

La ministre en avait en effet touché deux mots, lors d’une intervention à la maison d’Aquitaine, en novembre 2014.

 

Mais pour Lire en short, l’histoire de cet apprentissage de la lecture est destinée aux enfants. C’est donc à eux qu’il fallait s’adresser. « Il n’y avait pas YouTube pour regarder des dessins animés, il n’y avait pas Norman, alors j’ai lu », assure Fleur Pellerin.

 

Et de poursuivre : « Un livre c’est mieux qu’un dessin animé ça laisse plus de liberté. » Lire en short, manifestation au titre décalé, ici ou là détourné, est une fête où « on ne vous demandera pas de faire des choses que vous ne voulez pas faire ». 

 

Une manière de promouvoir « la culture et la joie sans contrainte ». 

 

 

L’inauguration s’est poursuivie avec la lecture du livre de Guillaume Guéraud, Je sauve le monde dès que je m’ennuie, lu par Thimotée de Fombelle, lui-même auteur. Il présidait également un concours d’écriture, Rédac’short, et a dévoilé la liste des 10 enfants dont les textes ont été retenus. Le 30 juillet seront élus les trois vainqueurs de ce concours d’écriture.

 


Bande-Annonce : présentation de Lire en short par lire-en-short


Pour approfondir

Editeur : Rouergue
Genre : litterature...
Total pages : 96
Traducteur :
ISBN : 9782812604331

Je sauve le monde des que je m'ennuie

de Guillaume Guéraud

Les tables de multiplication, la rédaction de français, le match de football après l'école. tu parles d'une aventure ! Eugène, lui, a besoin de vivre des histoires bien plus palpitantes. Avec une facilité déconcertante, il se projette dans des univers de pirates, de conquérants de l'espace ou de mangas... et toujours dans la peau du héros qui en découd avec les méchants. Car Eugène se donne toujours le meilleur rôle, bien sûr. Sa maîtresse, par contre, Mme Charbonneau, a souvent les traits de l'ennemi à combattre, tandis que Lisa, la plus jolie fille de la classe, est une princesse à sauver des griffes des monstres ou à libérer d'horribles androïdes. Pas de doute, Eugène préfère vivre dans ses mondes à lui ! Mais cette tendance naturelle à être dans la lune ne convient pas à sa maîtresse, elle inquiète ses parents et étonne ses copains... Eugène ne voit pas où est le problème : quand il sera grand, il sauvera le monde ! Pas besoin de se faire du souci pour l'avenir, il sera là ! D'ailleurs, le médecin est rassurant : Eugène a juste besoin de s'évader et il est capable de le faire. Et ça, c'est un super pouvoir qui ne s'apprend pas à l'école ! Un texte drôle et plein de rebondissements, où l'on suit Eugène d'un monde à l'autre, au fil de l'écriture alerte et truffée de références de Guillaume Guéraud.

J'achète ce livre grand format à 7 €