Lancement du prix Françoise Sagan pour les romans et les pièces de théâtre

Clément Solym - 09.03.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix - littéraire - sagan


Le 1er juin prochain, le prix Françoise Sagan sera remis pour la première fois. Il récompensera d’une part un roman dans sa session de printemps et d’autre part une pièce de théâtre dans sa session d’hiver. L’objectif est de récompenser des auteurs qui n’ont pas encore reçu de prix et si possible qui n’ont pas été sélectionnés pour un autre prix dans les mois précédents.

Le jury du prix Françoise Sagan sera composé de 11 membres : quatre permanents dont Dennis Paolo Westhoff, le fils de l’écrivaine et fondateur du prix, et sept « tournants » afin de « préserver la spontanéité de la démarche élective ». Nos confrères de Livres Hebdo précisent que chaque lauréat deviendra juré l’année suivante.

La liste des titres sélectionnés est établie par les membres du jury qui ont en charge de proposer chacun deux ouvrages lors de la première réunion (qui se tiendra cette année le 25 mars). Une liste courte sera communiquée en avril et le prix (en ce qui concerne le roman) sera remis le 1er juin au Mathis Bar.

Les jurés de ce premier prix Françoise Sagan du roman sont : Michel Déon, Dennis Paolo Westhoff, Justine Lévy, Annick Geille, Marie-Françoise Santucci, Jérôme Garcin, Patrick Besson, Florian Zeller, Jérôme Béglé, François Gibault et Delphine de Vigan.

Pour mettre en valeur l'oeuvre de sa mère, mais également parvenir à résorber les dettes qu'il lui reste à assumer, Dennis Westhoff avait dernièrement fait republier les livres de Françoise, avec notamment une version sur iPhone tout à fait insolite, et qui avait affronté les affres de l'AppStore...

« Je vous rassure, ce ne seront certainement pas les ventes des titres au format numérique qui permettront de combler la dette fiscale, mais bien les droits liés à l'édition, en France et à l'étranger. Le fait d'avoir mis certains titres au format numérique est plus un clin d'oeil, notamment vis-à-vis de Julliard, que le dessein de vouloir faire des profits », expliquait-il à ActuaLitté.