Langue française et traduction queer et féministe : deux rencontres à venir

Fasseur Barbara - 14.03.2018

Culture, Arts et Lettres - Salons - Traduction Contre Allée - Rencontre Traducteur - Queer Traduction


Dans le cadre de l’événement « D’un pays à l’autre », dédié à la traduction et aux langues, les éditions de la Contre Allée prolongent le travail initié en 2015 avec un premier cycle de manifestations. Pour poursuivre sur leur lancée, elles proposent cette année deux rencontres, animées par Noomi B Grüsig.
 


 

Noomi B. Grüsig est traductrice, autrice, chercheuse indépendante et barmaid. Formée sur le terrain militant féministe et LGBT, elle a traduit en français des textes de référence (bell hooks, Julia Serano, Minnie Bruce Pratt) ainsi que de nombreux articles militants et communautaires. Elle animera les deux rencontres suivantes :

Le mercredi 4 avril à 20 h : Traductions militantes et enjeux queers & féministes, rencontre avec Noomi B Grüsig, au Centre LGBT « J’en suis, j’y reste » au 29 Rue de Condé, Lille.

Les idées et les mots circulent à travers les gens qui militent, qui s’inspirent de réflexions nouvelles et qui les relaient. C’est pourquoi il faut trouver des façons de traduire ces concepts de manière à respecter les contextes dans lesquels ils sont employés. Quelles sont les perspectives de traduction et d’édition qui permettent de faire ce travail d’adaptation particulier en respectant et en nourrissant les enjeux des luttes locales ?

D’un Pays l’Autre, en collaboration avec Les Flamands Roses et l’Université de Lille accueillent Noomi B. Grüsig pour partager ces réflexions à partir de quatre textes sur lesquels elle a travaillé : Manifeste d’une femme trans de Julia Serano, De la marge au centre, Théorie féministe de bell hooks, Le quiz du genre de Minnie Bruce Pratt, en enfin Stone Butch Blues, un ouvrage de Leslie Feinberg à paraître en français aux éditions Hysteriques & Associées.

– Le jeudi 5 avril à 18 h 30 : La langue française a-t-elle besoin d’être féminisée ?, rencontre avec Éliane Viennot, à la librairie Meura, 25 rue de Valmy, Lille

Depuis les années 1980, les efforts pour promouvoir un langage moins sexiste ont été présentés comme une « féminisation » : d’abord du vocabulaire des métiers, titres et fonctions, ensuite de la langue elle-même. Ces efforts, qu’ils soient militants ou non, ont soulevé des protestations récurrentes, souvent violentes, de personnes ou d’institutions dénonçant ces initiatives comme contraires au « génie de la langue », venues d’une confusion entre le domaine de la grammaire et celui de la société, sous la pression de féministes désormais en capacité d’imposer leurs vues mais toujours dépourvues de raison ou de savoir.

La réalité est toute autre. C’est parce que le « génie » en question est relativement égalitaire, et qu’il s’exprime aujourd’hui dans une société qui a fini par admettre le principe de l’égalité entre les sexes, qu’il retrouve peu à peu ses droits, après une longue période de masculinisation forcée à laquelle les locuteurs et locutrices ont beaucoup résisté. Et c’est pour cette même raison qu’on peut aujourd’hui espérer agir en vue d’une véritable égalité dans nos façons d’écrire et de parler.

Plus d’informations sur le site de l’évènement.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.