Le 73e Prix Apollinaire décerné à Aksinia Mihaylova pour Ciel à Perdre

Nicolas Gary - 05.11.2014

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix Apollinaire - Aksinia Mihaylova - Ciel à Perdre


M. Jean-Pierre Siméon, Président du Jury, a remis le soixante-treizième Prix Apollinaire à la poète bulgare Aksinia Mihaylova pour Ciel à Perdre aux éditions Gallimard. Lors de la remise du Prix à l'hôtel Bel Ami à Saint Germain des Prés, mercredi 5 novembre 2014, la comédienne Brigitte Fossey a lu un extrait du recueil d'Aksinia Mihaylova, montrant ainsi son amour de la poésie et son soutien au Prix Apollinaire.



 

 

Bulgare, Aksinia Mihaylova a écrit Ciel à Perdre en français, un hommage à notre langue toujours aussi vivante et fascinante pour les auteurs étrangers. Les poèmes de ce recueil ont une puissance d'expression et une sensibilité qui évitent les pièges des poèmes d'amour. Par un jeu d'images inattendues, Aksinia Mihaylova renouvelle, avec beaucoup de pudeur dans l'émotion, le thème de l'amour, de l'embrasement à la détresse, de la fusion à la distance, de l'attente à la joie des retrouvailles.

 

Née en 1963, titulaire d'un Master en littérature bulgare et en langue française, Akisinia Mihaylova vit à Sofia en Bulgarie, et est aujourd'hui poète et traductrice. Elle est l'auteur de cinq autres recueils de poésie : Les Herbes du Sommeil (1994), Lune dans un wagon vide (2004), Trois saisons (2005), Krotenie/Domptage (2006) et La Partie la plus basse du ciel (2008).

 

Ses poèmes sont publiés dans les journaux et revues littéraires en Bulgarie et à l'étranger. Aksinia Mihaylova est cofondatrice de la première revue littéraire indépendante bulgare Ah, et a traduit de nombreux auteurs français comme Georges Bataille, Sylvie Germain, Jean Genêt, Tahar Ben Jelloun...


Aksinia Mihaylova a reçu plusieurs prix littéraires en Bulgarie et plusieurs prix internationaux en tant que traductrice. 

 

La ministre de la Culture l'a congratuéle pour cette récompense : « Au cœur de la saison des prix littéraires qui met le roman à l'honneur, le Prix Apollinaire ouvre une parenthèse poétique pour rendre hommage au talent d'une grande poète ainsi qu'à l'originalité et à la modernité de son œuvre. Avec "Ciel à Perdre", Aksinia Mihaylova fait résonner la langue française avec force et justesse. C'est une très grande fierté de voir un auteur étranger s'emparer de notre langue avec autant de succès. »