Le Brésil très inquiet pour la forêt d'Amazonie

Clément Solym - 03.06.2008

Culture, Arts et Lettres - Expositions - deforestation - Amazonie - Brésil


Le nouveau ministre de l'Environnement du Brésil a en effet déclaré qu'il voyait d'un oeil inquiet l'avenir de la forêt d'Amazonie, dans laquelle a récemment été découverte une nouvelle tribu. Les chiffres de la déforestation révélés en avril sont particulièrement préoccupants et cette année promet d'être manifestement pire que l'an passé.

« Le pire est à venir. Actuellement, c'est juste un test », a déclaré Carlos Minc aux journalistes, en ajoutant que la déforestation est historiquement pire entre juin et septembre, quand les agriculteurs brûlent le sol pour préparer les plantations. « Je pense qu'il sera très difficile d'avoir un nombre moindre que celui de l'an dernier », a-t-il ajouté.

En avril, ce seraient 1125 km² qui auraient disparu en avril, soit presque un neuvième de plus qu'en mars. Et même si des explications existent, les constants deviennent affolement et le déboisement se poursuit. « Les chiffres sont préoccupants. Le temps se raccourcit, les prises de mesure le confirment, on n'a plus le temps d'attendre. »

C'est le mois dernier que Carlos a pris ses fonctions, lorsque Marina Silva a démissionné, étant dans l'impossibilité d'honorer ses engagements dans le domaine. Les groupes environnementaux souhaitent que Minc sera plus ferme face aux industriels qui déciment la forêt. Cette dernière a diminué d'un cinquième depuis 1970.