Le Cachemire, invité d'honneur du festival de Jaipur

Clément Solym - 22.01.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - cachemire - festival - litteraire


En effet la littérature de cette région a été quelque peu oubliée en raison de son alphabet arabe modifié qui la rend illisible pour la plupart des Indiens.

Et pourtant, la province du Cachemire possède un patrimoine littéraire abondant et d’une grande beauté, avec de nombreuses poésies et fictions romantiques, prenant leurs sources dans la souffrance, Le Cachemire étant une région qui a subi de terribles violences.

Mais cette littérature est de plus en plus traduite en anglais, grâce à l’intérêt croissant que les lecteurs portent au Cachemire et à l’insurrection séparatiste qui la secoue depuis 1989, explique Rahul Pandita, un journaliste.

Cette ouverture récente des lecteurs a permis à la poétesse Naseem Shafaie de venir pour la première fois au festival de Jaipur lire ses vers à des auditeurs majoritairement anglophones. Sa traductrice, Neerja Matoo, a ensuite énoncé les mêmes vers en anglais.

La poétesse exprime sa douleur à travers sa poésie, évoquant la mort de son mari dans un attentat et son fils parti pour New Delhi afin d’éviter les violences. Son recueil est écrit en cachemire et est intitulé « fenêtres ouvertes ».

« Je vois un intérêt croissant pour le Cachemire en raison de la situation politique. Les gens veulent lire pour comprendre », explique la traductrice. Celle-ci vient de Srinagar, la principale ville de la région administrée par l'Inde. L'autre partie est administrée par le Pakistan, indique l’AFP.

Depuis 1989, le Cachemire a connu environ 47 000 pertes, et est l’une des régions les plus militarisées au monde. Les jeunes sont souvent en situation précaire, ce qui alimente leur colère, provoquant souvent des émeutes.

« Au Cachemire, la politique est inséparable de la vie quotidienne. Aucune famille n'a été épargnée par les violences, mais il faut du temps pour que les troubles trouvent une place dans la littérature locale, et il faut encore plus de temps pour que celle-ci soit traduite en anglais », pense M. Pandita.

Il estime que la littérature cachemire traduite en anglais va sûrement se développer dans les 5 prochaines années, malgré le peu de traducteurs existant pour l’instant, comme l’indique Neerja Matoo.

Cette année, le festival de Jaipur rassemble quelque 220 auteurs et 50 000 participants durant 5 jours dans un hôtel historique de celle qu’on appelle « la ville rose ».