Le collectif “Décoloniser Les Arts” et les intermittents dérangent les Molières

Joséphine Leroy - 23.05.2016

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Molières théâtre 2016 - intermittents spectacle collectif - droits sociaux syndicats


La cérémonie des Molières, événement qui consacre les talents du théâtre, sera l’occasion pour les intermittents du spectacle de prouver qu’ils sont attentifs à l’évolution de l’accord, trouvé fin avril après plusieurs jours de mobilisation intensive. Ils lancent de nouveau un appel au rassemblement, ce lundi 23 mai, devant le théâtre des Folies Bergère, en compagnie du collectif « Décoloniser Les Arts » qui fustige, de son côté,  des « Molières monochromes ». 

 

Folies Bergere

(James Coltham / CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

Les intermittents du spectacle appellent au rassemblement, ce lundi 23 mai, dès 20 h, devant le théâtre des Folies Bergère, dans le IXe arrondissement de Paris. C’est dans l’enceinte de ce théâtre que sera enregistrée la cérémonie, diffusée dès 22 h 30 sur France 2. 

 

L’accord, trouvé fin avril et signé par les organisations syndicales et patronales, promettait l’ouverture des droits à l’indemnisation pour les artistes et les techniciens, à partir des 507 heures de travail comptabilisées sur 12 mois. S’y trouvait aussi le retour d’une date anniversaire, point de repère permettant le calcul des droits des intermittents et, également, des mesures pour l’indemnisation après un congé maternité ou arrêts maladie.  

 

Ce que les intermittents souhaitent maintenant, c’est que cet accord soit intégré à la convention chômage, en cours de négociation. Après une période assez dense en manifestations et occupations de théâtres nationaux installés dans plusieurs grandes villes de France, les intermittents n’ont pas dit leur dernier mot. 

 

Parallèlement, à 19 h, le collectif « Décoloniser les Arts », dont fait partie le metteur en scène David Bobée, ont également appelé, dès le 19 mai, à se rassembler devant le théâtre pour condamner des « Molières monochromes », voire « racistes ». 

 

 

 

Comme lors d’une précédente cérémonie des Oscars, aux États-Unis, les voix s’élèvent de plus en plus contre cette uniformisation. Le collectif français pourfend des cérémonies où l’on exclue les minorités, notant que dans les nominations des Molières de de cette année, seule une artiste est dite issue de la diversité : « Sur plus de 86 artistes nommé.e.s dans 19 catégories, on compte en tout et pour tout : 1 seule artiste racisée (catégorie humour) [l’humoriste Sophia Aram, NdR]. » Contre l'injustice et la partialité dans les nominations, les membres du collectif (dont beaucoup sont des professionnels de la Guadeloupe, de la Martinique ou encore de la Réunion) appellent les participants à être nombreux. 

 

Les attentats de novembre ont eu une incidence sur les fréquentations au théâtre privé (ils avaient chuté de 30 % en novembre-décembre et se sont stabilisés par la suite, avec une baisse de 12 % depuis le mois de décembre). La crise en cours dans le monde du spectacle pourrait avoir une influence durable sur le théâtre.