Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le départ de la directrice du salon Tempo di Libri jette un froid à Milan

Clément Solym - 26.06.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - Tempo di Libri Milan - programmation salon livre - Milan Turin livre


En annonçant la création de Tempo Di Libri, une nouvelle foire du livre, l’Association italienne des éditeurs entendait frapper fort. La manifestation portait « un projet ambitieux, reconnecter avec le monde des livres les petits lecteurs, qui ne lisent que peu ou pas du tout », et, dans le même temps, espérait faire de l’ombre à l’historique manifestation de Turin. Double échec...



 

 

On apprend en effet que la programmation de l’édition 2018 ne sera plus assurée par Chiara Valerio, pourtant présentée comme une recrue de choix par l’AIE. « J’ai la sensation d’avoir perdu du temps et de l’énergie. Je ne demandais pas des montagnes, juste la garantie que cette deuxième édition puisse consolider ses forces », explique-t-elle. 

 

Mathématicienne de formation et auteure de plusieurs romans et nouvelles, l’ex-directrice de la manifestation se retrouve écartée. Question : est-ce le changement de présidence à l’AIE qui est à l’origine de ce départ ? Ricardo Franco Levi, à l’origine de la loi sur le prix du livre, verra sa nomination effective le 28 juin, remplaçant Federico Motta.

 

Ce départ a suscité quelques réactions, notamment celle de Paolo di Paolo, romancier, pour qui il serait « approprié de donner des réponses sensées. Arrivé à ce stade, pourquoi cette obstination têtue de refaire la foire du livre de Milan ? À qui cela sert-il ? Mars 2018 promet d’être foisonnant en rendez-vous éditoriaux, à raison d’un presque chaque semaine. Il me manque quelque chose : je ne comprends pas. »

 

Et de poursuivre : « Et surtout, ne recommençons pas avec cette histoire de combien les festivals et foires littéraires sont de beaux moments. Ils ne multiplient pas les lecteurs, me semble-t-il. Agissons avec un peu de lucidité – et de responsabilité – pour ce qui est des salons et des festivals. Et laissons-la toute rhétorique. »

 

Sale temps pour Tempo di Libri, qui poursuit sur la vague des polémiques et des critiques. « Ce qui me met le plus en colère, c’est qu’ils me font passer pour démissionnaire, alors que je ne pars pas de mon plein gré. »
Manifestement, le torchon avait déjà commencé à brûler avec Renata Gorgani, présidente de la Fabbrica del Libro, qui coorganise la manifestation avec l’AIE. 

 

« Quand j’ai contacté Ricardo Levy, pour comprendre ce qui se passait, le nouveau président m’a expliqué que mes demandes étaient peut-être raisonnables, mais pas envisageables – et ce, après avoir décidé de déplacer sur Milan toute l’organisation de la Foire. »
 

Pour aider le livre en Italie, les éditeurs réclament 200 millions € au ministre
 

L’une des critiques majeures adressées à Milan était, outre la fréquentation extrêmement faible, que le lieu accueillant les exposants se situait à Rho, très éloigné du centre-ville.... 

 

 

Via Il libraio, Corriere della sera

 

 

Où étiez-vous tous ? - Paolo di Paolo, traduit par Renaud Temperini - Editions Belfond - 9782714457110 - 17 €