Le Département annule l'édition 2016 des Mots Doubs, à Besançon

Nicolas Gary - 27.02.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - Mots Doubs - Besançon littérature


Le rendez-vous était traditionnel au mois de septembre : Besançon accueillait chaque année depuis début 2000 une manifestation littéraire, Les Mots Doubs. Au fil du temps, cette fête du livre était entrée dans les habitudes, mais la 15e édition de 2016 n’aura pas lieu. La décision tient au Conseil départemental qui a préféré l’annuler : les contraintes budgétaires sont lourdes, entre autres choses. 


 

 

Lors de la présentation du budget prévue le 21 devait officialiser la décision du Conseil départemental, mais c’est des hôteliers de la région qu’est venue l’information. De nombreuses réservations ont été annulées, provoquant dans la ville une vague d’interrogations. Pour l’heure, les politiques assurent qu’il ne s’agirait que d’une année de repos, et l’on réfléchirait déjà à une solution pour 2017. Mais encore faudra-t-il que les financements reviennent. 

 

Le coût de la manifestation, pour les trois journées, était d’un demi-million d’euros, avec 170.000 € strictement liés aux infrastructures. L’un des problèmes rencontrés par ailleurs, vient de ce que le service communication pilotait cet événement, et non le service culturel, estime le Conseil départemental. Une année de transition pour reprendre et réfléchir l’organisation semblait s’imposer. 

 

Pour 2015, Les Mots Doubs avaient reçu 30.000 visiteurs venus à la rencontre de 200 auteurs. Le tout sous l’égide de Sorj Chalandon, président de la manifestation. « Cette décision a été prise à cause d’un contexte budgétaire très contraint », maintient le département.

 

L’autre grand problème tient à ce que la loi NOTRe, nouvelle organisation territoriale de la République, bouscule les organisations. Le domaine culturel relève des Régions, en collaboration avec les collectivités territoriales. Ainsi, le département du Doubs devra travailler avec la Région Bourgogne-Franche-Comté pour l’organisation de cette manifestation. « Il faut donc engager un travail de réflexion entre tous », poursuit le Conseil départemental.

 

Ludovic Fagaut, vice-président du Conseil départemental assure que l’année 2017 verra la création d’une autre chose. « Après la présentation du projet départemental par Christine Bouquin en mars, nous aurons un comité de pilotage début avril avec différents acteurs économiques et culturels pour pouvoir reconstruire ensemble un nouvel événement culturel et littéraire et qui intégrera aussi plus massivement différents publics. »

 

Un événement tourné vers les collégiens, par exemple, en association avec les bibliothèques – le territoire en compte 288. Or, l’édition 2015 n’avait prévu que quatre rencontres dans ces lieux. « On a des idées, on a des pistes, mais il faut d’abord associer l’ensemble des acteurs pour aboutir à un nouvel événement dès 2017. »

 

Reste que tant les professionnels de l’hôtellerie que les libraires sont désemparés. Michel Méchiet qui dirige L’Intranquille assure : « C’est un séisme, nous sommes atterrés. C’est un rendez-vous culturel incontournable sur la ville de Besançon. » Les librairies prenaient en effet l’habitude de recevoir les auteurs, avec des conséquences immédiates sur les ventes de livres. Du côté de la restauration, l’effet était le même : hausse de la fréquentation et des dépenses.

 

Des questions politiques pourraient également intervenir : alors que le département est passé à droite, la ville de Besançon est elle à gauche. Il ne serait pas impensable que des difficultés de communication interviennent, et que l’événement puisse souffrir d’une certaine discordance. 

 

Au point que des rumeurs commencent à circuler, affirmant que c’est à Dijon que les Mots Doubs pourraient renaître. Information réfutée assez rapidement, mais qui démontre l’attachement à la manifestation, et son apport économique pour la ville. Et donc la crainte de ne pas la voir revenir.

 

Rendez-vous pour 2017, assure le département. « Mais nous ne pourrons communiquer que dans quelques mois. Il n’est pas question de laisser tomber notre politique événementielle. »


(via Est Republicain, Ma Commune, France bleu

 

Il semble clair que le changement de majorité au Conseil départemental a largement joué dans ce revirement. Les Républicains à la tête du département soulignent en réalité bien la problématique.

 


La fin des Mots-Doubs