Le dernier James Bond, une ambiance trop datée pour en faire un film

Clément Solym - 21.08.2008

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - James - Bond - adaptation


Le livre de Sebastien Faulks, 'Devil May Care', publié dernièrement par Gallimard sous le titre 'Le diable l'emporte' connaît un succès de librairie qui laissait penser à tout un chacun que son adaptation prochaine en film ne tarderait pas. Laissons passer celle qui arrive et la prochaine, ce sera la bonne.

Pas du tout...

Car Eon production, la compagnie qui détient les droits de la franchise Bond a déclaré que rien n'était prévu, concernant ce livre écrit pour célébrer le centenaire de la naissance de Ian Fleming. De fait, le roman serait même considéré comme un peu trop daté pour s'inscrire dans la lignée des actuelles réalisations.

'Devil May Care', estime Barbara Broccoli, qui a coproduit les récents Bond, « est situé dans les années 60, et serait trop dissonant, si l'on examine les derniers films réalisés par Eon ». Pas de gadgets super perfectionnés, par de voitures bourrées de plutonium, etc., etc., etc.

Pour Faulks, on tombe des nues. « Naïvement, j'aurais pensé que, s'il est possible de déplacer Casino Royale, des années 50 à nos jours, on pouvait faire migrer 'Devil May Care' pareillement. » Mais, il fait confiance à la société de production : « Ils savent ce qu'ils font. »

Cela dit, s'ils changent d'avis, lui n'a rien contre...