Le développement du prêt de livres numériques dans la francophonie

Auteur invité - 03.05.2019

Culture, Arts et Lettres - Salons - assises édition - prêt numérique francophonie - numérique lecture


SDLGENEVE19 — La journée des Assises de l’édition 2019 du jeudi 2 mai était consacrée aux enjeux du numérique, qu’il s’agisse des modèles de prêt en bibliothèque ou de la constitution de catalogue dans les maisons d’édition. La question de l’aide au livre a également été abordée, grâce à un panorama des modèles de soutien à travers la francophonie occidentale.

Assises de l'édition
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 
 

Prêter le livre numérique


Le prêt numérique en bibliothèque est un secteur en structuration. Les modèles de diffusion et de répartition économique sont en constante évolution. Les différents acteurs, de la maison d’édition à la bibliothèque, en passant par la librairie, doivent être sensibilisés à ces questions nouvelles afin d’y apporter des réponses pertinentes. L’enjeu principal est l’affranchissement d’Adobe, par la création de DRM (gestion des droits numériques) indépendantes, et la simplification générale de la démarche d’emprunt pour le public.

Au Québec, la plateforme Bibliopresto s’est développée à grande vitesse depuis sa création en 2012. Jean-François Cusson, son directeur général, affirme que « les emprunts de livres numériques n’ont pas prétérité les emprunts papier, bien au contraire. C’est donc qu’un nouveau public a été conquis ».

En Belgique, la transition s’avère plus lente et complexe. En effet, la culture numérique peine à s’imposer, une méfiance est entretenue à l’égard de ce mode diffusion. Et lorsque la motivation et l’intérêt sont présents, ce sont les finances qui font souvent défaut. Stéphane Dumas, vice-président de l’Association des Bibliothèques de France, a souligné l’aspect hautement politique de ces enjeux et a formulé son vif souhait que les pouvoirs publics s’en emparent.
 

Soutenir le livre papier


Les pouvoirs publics s’attachent à comprendre les besoins des maisons d’édition pour y répondre plus efficacement. Ceux-ci varient grandement en fonction des spécificités territoriales et les réponses dépendent fondamentalement des structures politiques en place. 

En Suisse romande, le rapport Corajoud a donné l’impulsion pour la création du programme Livre+, qui propose des conventions de subventionnement sur trois ans. Le modèle québécois encourage quant à lui la prise de risque et l’innovation pour les entreprises culturelles.

En Belgique, « la solidarité entre les maillons de la chaîne est au cœur de la politique de soutien », explique Nadine Vanwelkenhuyzen, directrice du Service général des Lettres et du Livre, une charte a ainsi été créée pour garantir la cohésion de cette chaîne. Du côté de la France, en région Val de Loire, la dimension interprofessionnelle est valorisée, via l’organisation de rencontres entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

Du côté des bénéficiaires, si ceux-ci reconnaissent l’utilité de ces démarches de soutien, ils ont insisté sur la nécessité de les pérenniser, afin de stabiliser les projets et l’activité générale des maisons d’édition.
 

Développer le numérique


Le numérique littéraire dépend-il du papier ? Doit-il demeurer uniquement son pendant dématérialisé ? Est-il encore pertinent de parler de « virage numérique », alors que celui-ci s’amorce depuis vingt ans et est déjà très avancé dans d’autres formes artistiques ? 

Pour Christiane Vadnais, chargée des projets numériques aux éditions Alto (Québec), « le numérique représente la possibilité de s’affranchir de la narration linéaire ». Des projets sont en cours de développement, afin d’explorer toutes les potentialités créatives de ce média.

Olivier Babel, secrétaire général de l’ASDEL, a rappelé que la formation des éditeurs était essentielle, afin de les encourager à investir le secteur numérique. Anne Tarou, responsable des sites internet chez Payot, a en effet souligné que la littérature suisse romande était très peu présente dans les catalogues numériques.

par Noémi Schaub


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.