Le directeur de théâtre qui a foncé dans les grilles de l'Elysée est interné

Antoine Oury - 27.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Comédie Italienne - Attilio Maggiulli - subventions


Hier, à 10 heures 30, le directeur d'un théâtre parisien fonçait dans les grilles des jardins du palais présidentiel, pour protester contre la politique culturelle du gouvernement. Un incident sans gravité, qui avait abouti sur la mise en examen de l'homme de théâtre, Attilio Maggiulli, dont le nom a largement circulé, depuis, dans la presse.

 


La Comédie Italienne, à Paris (image : Google Maps)

 

 

« Cela fait des années que cela dure, plus on va, et plus la constante diminue », soupire Claudine Simon, assistante d'Attilio Maggiulli, directeur du théâtre parisien La Comédie Italienne. Elle nous confirme la situation critique de l'établissement, « menacé, à très court terme » par les diminutions de subventions. En 2009, la Comédie Italienne recevait 30.000 € de subventions de la ville de Paris et 30.000 € via la Drac. 

 

Aujourd'hui, la Drac ne verse plus de subventions depuis plusieurs années, et la subvention de la ville a été réduite de moitié. « Nous sommes une équipe de 10 personnes, avec 2 troupes à demeure que nous accueillons. Un peu comme la Comédie Française, même si nous ne jouons visiblement pas dans la même cour. Peut-être sommes-nous un peu trop atypiques pour l'administration », souligne Claudine Simon.

 

Visiblement, le ministère n'a pas jugé utile d'appeler l'équipe du théâtre depuis la garde à vue du directeur : c'est par voie de presse que les nouvelles sont sues, et par notre appel que Claudine Simon apprend l'internement d'Attilio Maggiulli au sein de l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, révélé par l'AFP. Le directeur n'avait visiblement parlé à personne de son coup d'éclat pour attirer l'attention. « Il a quitté le théâtre lors de la représentation en matinée du 25, en laissant des enveloppes à l'entrée. Nous avons eu très peur, jusqu'au moment où nous avons su qu'il était au poste », explique Claudine Simon.

 

Le ministère de la Culture et de la Communication a fait savoir, par communiqué, qu'un rendez-vous avait été proposé à Attilio Maggiulli « pour lui rappeler les règles et lui prodiguer des conseils utiles sur les démarches qu'il doit mener ». Un rendez-vous pour apprendre à demander un rendez-vous ? Le geste du ministère prêterait à sourire, si la situation du théâtre ne semblait pas aussi critique : « Le loyer ne baisse pas, au contraire, et les gens ne peuvent plus se permettre de sortir pour autant de frais qu'auparavant », constate Claudine Simon.