"Le drame de l'époque, c'est la peur" (Oxmo Puccino et Bernard Zekri)

Antoine Oury - 22.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Oxmo Puccino - Bernard Zekri - Salon du Livre


La Grande Scène du Salon du Livre de Paris accueillait ce midi deux personnalités importantes du hip hop français : Oxmo Puccino, que l'on ne présente plus, est de passage pour signer son 140 piles, quand Bernard Zekri, parmi les pionniers et promoteurs du mouvement hip hop, raconte les premières années du mouvement culturel en France, de New York à Paris.

 


Salon du Livre 2014

Oxmo Puccino et Bernard Zekri (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Les deux auteurs étaient invités pour évoquer chacun leur ouvrage respectif, avec une passerelle dressée entre ces derniers : deux récits de vie, sur des modes différents. Ainsi, le 140 piles d'Oxmo Puccino compile les tweets qu'il a postés pendant trois ans, sur son compte personnel : « Si les politiques imprimaient leur fil twitter, ce serait moins drôle. Je poste mes pensées, mes réflexions, mes rencontres, de façon personnelle », explique le rappeur.

 

Une littérature en 140 caractères qui en rappelle une autre, celle des aphorismes : « Je lis des livres d'aphorismes quand je n'ai pas le temps de lire des romans. Rousseau, Jules Renard, Sacha Guitry... J'aime cette idée d'une seule phrase pour tout dire, et le reste n'est que du superflu », souligne le emcee.

 

Bernard Zekri, lui, a signé Le plein emploi de soi-même en fin d'année dernière, un ouvrage dans lequel il raconte ses années entre New York et Paris, les concerts de hip hop et la rédaction du journal Actuel. « Après la Factory et Andy Warhol, le New York artistique tournait un peu en rond, et une bande de jeunes du Bronx, surnommée les "Fabulous Five Hundred" sont devenus ceux qui savaient où aller pour trouver la meilleure soirée ou lecture de poésie », se rappelle-t-il.

 

En quelques mois, « The Message » de Grandmaster Flash et « Planet Rock » d'Afrika Bambaataa sauront réveiller l'Europe, après les quartiers pauvres de New York. Une ingéniosité qui a aussi été celle de Zekri, qui organisera la première tournée rap européenne. « Avec cette musique, les jeunes étaient soudain représentés, avec des nuances : le rap conscient, le rap de fête, le rap gangsta... Cela change beaucoup de choses dans la tête de quelqu'un si il se sent représentés dans un pays, une culture », analyse Zekri.

 

« Le grand drame de notre époque, je crois que c'est la peur, qui empêche de connaître et de découvrir les gens », explique Zekri. Un constat que Oxmo Puccino ne peut que déplorer, et tenter d'éviter dans sa propre existence : « Les voyages et les rencontres nous nourrissent, ce qu'on en fait nous nourrit. » Il est 13 heures, le moment d'appliquer ce conseil pour sustenter, au moins, l'esprit.