Le festival littéraire du L.A. Times préfère Amazon aux indépendants

Antoine Oury - 06.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - L.A. Times - Amazon - Festival of Books


Le Los Angeles Times vient probablement de perdre quelques lecteurs. Comme chaque année, les libraires indépendants se réjouissaient à l'avance de la tenue de ce festival littéraire organisé par le célèbre journal dans l'enceinte de l'Université de Californie du Sud. Mais la liste des auteurs présents leur réservait une mauvaise surprise : des liens commerciaux menant vers des pages Amazon correspondantes.

 


La page des auteurs attendus, avec des liens commerciaux vers Amazon

 

 

Étant donnée la mauvaise réputation du ecommerçant, le choix d'Amazon comme partenaire commercial surprend même sans a priori. Les libraires indépendants de la région, eux, n'ont pas hésité à dénoncer cet état des choses : « Les exposants du festival investissent beaucoup d'argent et de temps pour faire de cet événement un succès pour leur magasin et les auteurs, en servant les centaines de milliers de visiteurs », rappelle ainsi Mary Williams, de la librairie Skylight Books, à Los Angeles.

 

Les libraires dela ville et des alentours participent au Festival depuis sa deuxième édition, en 1997, quand il était alors situé à l'Université de Californie, à Los Angeles. Visiblement, les organisateurs du festival n'ont pas contacté Amazon, mais le service publicitaire du journal s'en est chargé. Ce choix est d'autant plus regrettable que les libraires locaux participent au programme IndieBound, qui offre peu ou prou les mêmes conditions qu'Amazon... à l'exception du montant de la commission, vraisemblablement.

 

La Southern California Independent Booksellers Association, qui rassemble bon nombre de ces libraires courroucés, s'est émue de ce choix, considéré comme une « trahison ». Certains suggèrent même que le festival aurait du vérifier si les auteurs ne vendaient pas directement leurs ouvrages depuis une page personnelle, leur offrant des marges plus importantes, plutôt que de directement chercher un intermédiaire.

 

La communication du Los Angeles Times a réagi en publiant un communiqué signé par Hillary Manning, directrice du service : « Nous avons dévoilé le site du Festival 2014, avec un nouveau design et de premières informations, qui présentent des liens de notre partenaire Amazon. Nous ajouterons et mettrons à jour de nouveaux programmes relatifs au ecommerce, dans l'attente de l'inauguration. » Une réponse qui n'en est pas vraiment une, mais qui suggère que les services des indépendants pourraient être ajoutés par la suite.

 

Rappelons qu'Amazon n'est pas tout à fait étranger à l'univers de la presse : en 2013, Jeff Bezos a racheté le Washington Post, équivalent du L.A. Times pour la côte Est. D'ailleurs, les deux publications ont mené pendant 47 ans un partenariat, supprimé en 2009, de rediffusion d'articles dans leur colonnes. La décision de privilégier Amazon n'aurait donc rien à voir avec les lignes rédactionnelle et budgétaire du quotidien...

 

(via Publisher's Weekly)