Le film Wonder Woman définitivement interdit en Tunisie

Laurène Bertelle - 21.07.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - wonder woman tunisie - wonder woman censure - gal gadot nationalité


Depuis sa sortie en juin dernier, le film Wonder Woman connait un succès planétaire, détrônant les précédents films de l'univers DC au box-office. Malgré cela, le long métrage vient d'être officiellement interdit en Tunisie, où il était déjà suspendu depuis début juin à la demande du parti nationaliste Al-Chaab.




 

Suite des rebondissements dans la controverse du film Wonder Woman : après avoir été interdit au Liban et suspendu en Algérie, le long métrage de Patty Jenkins a été officiellement interdit en Tunisie.

 

En juin dernier, la justice de Tunisie avait déjà suspendu la projection de Wonder Woman en salles, « le temps d’examiner une demande d’interdiction par un parti politique », avait affirmé le parquet, d'après l'AFP. Le parti nationaliste Al-Chaab souhaitait en effet faire interdire le film à cause de la nationalité israélienne de son actrice principale, Gal Gadot, et de ses opinions : elle avait notamment défendu l’armée d’Israël en 2014 dans le conflit contre l’enclave palestinienne de Gaza.

 

Wonder Woman devait toutefois être diffusé dans deux salles de Tunis. Il n'en sera rien désormais, puisque la justice s'est prononcée vendredi 14 juillet en faveur de l'interdiction du film sur tout le territoire, a annoncé Sofiène Sliti, porte-parole du parquet, à l'AFP.

 

Lassaad Goubantini, distributeur du film en Tunisie, avait déjà fait part de son désaccord en juin, expliquant au HuffPost Tunisie qu'il ne comprenait pas cette décision : « C'est fatigant. La Tunisie est un pays liberticide. Je pense vraiment à arrêter et partir. La décision de ne pas autoriser la diffusion du film se base sur des accusations sans fondements. »

 

Dans la population, les avis divergent : si beaucoup dénoncent effectivement le choix de l'actrice israélienne, certains pensent en revanche qu'interdire un film pour cette raison est une censure et une atteinte à la liberté, et auraient préféré favoriser d'autres formes de contestation comme le boycott.

 
Une situation qui tranche radicalement avec le reste du monde qui a accueilli le film les bras ouverts, le faisant exploser au box-office. Une suite est déjà prévue, bien qu'elle n'ait pas été encore annoncée officiellement.
 

Wonder Woman 2 débarquerait en pleine Guerre froide