Le livre audio, décloisonner la création pour mieux la diffuser

Antoine Oury - 16.06.2015

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Grand prix du livre audio - comédiens - livres audio


La 6e édition du Grand Prix du livre audio, porté par l'association La Plume de Paon, a pris ses quartiers hier au Centre National du Livre. Quatre catégories avaient été définies — jeunesse, littérature classique, littérature contemporaine et document —, auxquelles s'ajoutent les Prix du Public remis lors du Festival du livre audio, en mai dernier à Strasbourg. Et l'occasion de faire le point sur un secteur qui progresse, mais manque encore de visibilité.

 

Féodor Atkine - Grand Prix du livre audio 2015

Féodor Atkine, lauréat du Prix Document

 

C'est à Paule du Bouchet, présidente de la commission livre audio du Syndicat National de l'Édition créée en décembre dernier, qu'est revenue la responsabilité d'ouvrir la cérémonie de remise des prix. Avec un petit bilan du marché : « Le livre audio jeunesse et adulte représente plus ou moins 1 % du marché total du livre en France (0,3 % pour le seul livre audio adulte), en valeur. Dans l'absolu, cela ne paraît pas beaucoup, mais la croissance est constante et régulière depuis plusieurs années », souligne la responsable du département Musique de Gallimard Jeunesse et de la collection de livres lus « Écoutez lire ».

 

Dans ce 1 % de PdM, le livre jeunesse (livre avec CD ou CD seul) représente 80 % des ventes : 3000 références sont disponibles, assure la présidente de la commission, et 9 % de la population française écoute des livres audio. Du côté de la diffusion « 57 % des bibliothèques publiques sont dotées de livres audio, et 50 % des ventes sont réalisées en librairies ». Par ailleurs, notons qu'une intégration de livres audio au format numérique au Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB).

 

La création d'une commission livre audio au SNE, et l'alliance des différents acteurs du secteur, explique Paule du Bouchet, permettra de « rendre visible » la production éditoriale dans ce domaine. Outre-Atlantique, les volumes de ventes ont été multipliés par 6 au cours des 4 dernières années, avec un livre audio 5 fois plus vendu que le livre numérique. « La communication, l'information dans le milieu enseignement ou la diffusion en francophonie permettront de mettre en avant cet objet littéraire à part entière », conclut Paule du Bouchet.

 

Les autres intervenants auront à cœur de souligner tout l'intérêt du livre audio dans la diffusion des œuvres et de la langue, aussi bien auprès des plus jeunes que des publics francophones du monde entier. « Les technologies nous permettent aujourd'hui de restituer une œuvre en entier, quand la lecture à voix haute peut s'exporter en bibliothèque, ou dans des lectures publiques, avec des comédiens ou des auteurs de plus en plus demandés », souligne Valérie Lévy-Soussan, directrice d'Audiolib.

 

 

La cérémonie se déroule comme les Oscars du livre audio, y compris pour la durée : mais Cécile Palusinski, présidente de La Plume de Paon : la production éditoriale de qualité doit être mise en avant, ce que font très bien ces Grands Prix du livre audio. La « Nuit littéraire » à Los Angeles, organisée par La Plume de Paon et Slow Literature, fait état de la même volonté « de décloisonner les champs de la création, de dialoguer avec d’autres champs disciplinaires : des musiciens, des plasticiens, des réalisateurs en dialogue avec les écrivains... Des initiatives qu'il faudrait renforcer en France », témoigne l'écrivain, journaliste et économiste Christophe Rioux.

 

Le palmarès intégral est disponible ci-dessous, auquel s'ajoute un Prix spécial du jury pour les éditions Thélème et Kinderzimmer de Valentine Goby, lu par Pauline Huruguen. La Plume d'or, le grand coup de cœur du jury, est revenue au Château des pianos de Pierre Créac'h, lu par Pierre Arditi, chez Sarbacane.