Le Grand Prix Jean-Giono 2014 remis à Fouad Laroui

Antoine Oury - 17.10.2014

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Grand Prix Jean-Giono 2014 - Tribulations du dernier Sijilmassi - Fouad Laroui


Le Grand Prix Jean-Giono a été décerné ce 16 octobre à Fouad Laroui, pour son ouvrage Les tribulations du dernier Sijilmassi, publié par la maison Julliard. L'auteur avait reçu l'année dernière le Goncourt de la nouvelle, pour L'Étrange affaire du pantalon de Dassoukine, et la Grande médaille de la francophonie de l'Académie française en juin dernier.

 


Le grand prix Jean-Giono a été institué en 1990 par la femme et la fille de l'écrivain, à l'occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de sa mort. Il distingue chaque année l'ensemble de l'œuvre d'un auteur de langue française, en récompensant particulièrement un de ses ouvrages.

 

Fouad Laroui est un écrivain et économiste marocain, qui écrit en français et en arabe. Il réside à Amsterdam, et a derrière lui une bibliographie qui compte une vingtaine d'ouvrages. 

 

Le résumé de l'éditeur :

« Adam réfléchissait. Et il n'arrivait pas à trouver de solution à cette énigme : pourquoi son corps se trouvait-il à une altitude de trente mille pieds, propulsé à une vitesse supersonique par des réacteurs conçus du côté de Seattle ou de Toulouse – très loin de son Azemmour natal, où les carrioles qui allaient au souk dépassaient rarement la célérité du mulet, où les voitures à bras n'excédaient pas l'allure du gueux se traînant de déboires en contretemps ? » Dans son style inimitable, Fouad Laroui nous entraîne à la suite de son héros – un ingénieur marocain décidé à rompre du jour au lendemain avec son mode de vie moderne et occidentalisé – dans une aventure échevelée et picaresque. Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine, derrière laquelle se dessine une des grandes interrogations de notre temps : comment abattre les murs que l'ignorance et l'obscurantisme érigent entre les civilisations ?