Le Livre sur la Place : “Car lire tue, lire tue l'ignorance”

Antoine Oury - 09.09.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - Le Livre sur la Place 2016 - Livre sur la Place Nancy - Philippe Claudel Livre sur la Place


Plein soleil sur la rentrée littéraire au Livre sur la Place, à Nancy, dont la 38e édition s'est ouverte ce midi, en présence de Philippe Claudel, président du salon, et de Laurent Hénart, maire de Nancy. Plus de 500 auteurs se croiseront en 3 jours d'événements totalement gratuits.

 

Laurent Hénart, Philippe Claudel - Livre sur la Place 2016

Laurent Hénart et Philippe Claudel à l'inauguration du Livre sur la Place 2016

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Certes, les mesures de sécurité ont été renforcées pour cette 38e édition, mais cela n'empêchera pas de profiter de la chaleureuse manifestation nancéienne. Philippe Claudel, son président pour cette année, a connu « le Salon du Livre de Nancy — c'est comme cela qu'il s'appelait à l'époque — comme un lecteur : j'y venais pour rencontrer des livres et des écrivains. Le public est soucieux d'incarner la littérature, et c'est aussi un des rôles de l'écrivain », souligne celui qui reçut le Prix Renaudot en 2003 pour Les âmes grises.

 

L'enfant de la région a enfin accepté d'être le président du Salon, malgré la peur que « les gens en aient assez d'entendre mon nom ». Qu'il se rassure : les écrivains à découvrir ne manqueront pas au Livre sur la Place, d'autant plus que certains d'entre eux s'exileront de la Place Carrière pour se rendre dans la Métropole du Grand Nancy, dont Véronique Ovaldé, Tahar Ben Jelloun et Valentine Goby.

 

Les temps sont durs, et la présence constante des forces de l'ordre vient le rappeler, mais le livre est « un espoir de rencontrer l'autre, pour celui qui le prend comme pour celui qui publie », souligne Philippe Claudel.

 

Astrid Canada, présidente de l'association de libraires Lire à Nancy, est allée dans son sens lors de son propre discours : « Il n'y a pas besoin de brûler les livres, juste de faire en sorte que les gens arrêtent de les lire », a-t-elle rappelé en citant Ray Bradbury. « Car lire tue, lire tue l'ignorance, les préjugés, la bêtise, le racisme, le mensonge, le fanatisme, lire tue l'hypocrisie, l'individualisme, la lâcheté, mais surtout lire nous rend émotifs, cultivés, sensibles, joyeux, indulgents, empathiques, fraternels et passionnés, surtout vivants et libres. »

 

« Soyons des héros, n'arrêtons jamais de lire », terminera Astrid Canada en référence au Thin White Duke.

 

Le Livre sur la Place fournira pas mal de raisons de suivre son conseil, sans oublier le très bon L'Enfer Festival, consacré à la micro-édition, à la MJC Lillebonne, non loin de la Place Carrière.

 

Retrouver les moments forts du Livre sur la Place 2016.