Le Livre sur la Place réunit 170 000 personnes à Nancy

Antoine Oury - 14.09.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Livre sur la Place Nancy - fréquentation visiteurs - Laurent Hénart Françoise Rossinot


Le Livre sur la Place s'est achevé ce dimanche soir, après trois jours d'événements littéraires dans l'agglomération nancéienne. Sans surprise, le salon atteint ses objectifs de fréquentation avec 170.000 visiteurs en trois jours, dont 25.000 participants aux diverses animations, tables rondes, débats et rencontres. 

 


Livre sur la Place de Nancy 2014

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Présidé cette année par l'académicien Dany Laferrière, le Livre sur la Place aura su concentrer la rentrée littéraire et les auteurs de l'année dans le Grand Est. Parmi les nouveautés de cette édition 2014, un partenariat avec le Festival America, qui se déroulait parallèlement à Vincennes, par un « échange d'auteurs » : Dany Laferrière est parti pour America, quand l'écrivain Richard Ford faisait un détour par Nancy.

 

Outre la présence constante d'éditeurs belges et suisses sous le chapiteau, l'échange permettait également d'ouvrir un peu plus l'événement à l'international. « Nous avons toujours un coup de coeur international au Livre sur la Place [Philipp Meyer cette année, NdR], mais le calendrier a rendu pour la première fois possible un échange avec le Festival America », explique François Rossinot, commissaire générale du Livre sur la Place.

 

Ce dernier étant bisannuel, il faudra attendre deux ans pour que la venue d'écrivains anglophones se reproduise, mais « nous sommes toujours ouverts aux partenariats, pour élargir le champ des auteurs invités, et celui du public », souligne Françoise Rossinot. 

 

L'année précédente, un espace numérique avait été sponsorisé par Orange sous le chapiteau, mais n'a pas été reconduit cette année, et seule la médiathèque de Nancy offrait la possibilité de consulter des livres numériques. « Ce n'est pas une volonté de l'écarter », explique la commissaire générale, « mais l'objectif principal reste d'avoir les grands noms de la rentrée littéraire et les académiciens à Nancy, pas de proposer un espace de démonstration. Cela pourra toutefois s'amplifier avec les années. »

 

 

Richard Ford - Livre sur la Place 2014

Richard Ford au Livre sur la Place (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Les grands noms, mais pas seulement : éditeurs régionaux, universités, bandes dessinées et livres jeunesse ont leur place sous le chapiteau, ce qui ne rend pas toujours la circulation pratique, surtout en présence de Pancol, Foenkinos ou... Michel Drucker. Si l'événement se déroulait à sa création en 1978 sous l'Arc Héré, il a ensuite migré Place Stanislas, puis Place Carrière suite à la rénovation de la « plus belle place d'Europe ».

 

Et, visiteurs comme auteurs se demandent parfois si un peu plus de place, justement, ne serait pas bienvenue : « Plus nous avons de rencontres et de débats, plus le chapiteau est libéré d'un certain flux de visiteurs. Quand il y a 1200 personnes pour Michel Onfray ou Dany Laferrière, elles ne sont pas sous le chapiteau », explique Françoise Rossinot, en confirmant que le salon restera bien Place Carrière, « véritable écrin qui apporte un plus pour notre événement. Il y a beaucoup de monde, mais c'est aussi parce que nous tenons à la gratuité ».

 

Amour des livres et soutien aux librairies

 

Le Livre sur la Place est organisé en partenariat avec le Centre National du Livre, mais également les libraires de la ville, qui participent à l'événement en fournissant les stocks d'ouvrages à dédicacer. L'association Lire à Nancy, présidée par Astrid Canada, réunit la plupart des librairies du centre-ville, qui forment un réseau dense malgré la fermeture d'une enseigne Chapitre, l'année dernière.

 

De plus, le soutien de la ville se traduit aussi par des abattements fiscaux consentis aux librairies indépendantes : « La loi permet à une commune ou une intercommunalité de voter des abattements sur la contribution économique territoriale, l'ancienne taxe professionnelle, qui est offerte aux libraires indépendants », explique le maire de Nancy, Laurent Hénart.

 

« En France, les livres, la presse, l'édition en général, sont très malmenés, ils n'ont pas encore trouvé leur équilibre économique. Le nombre de titres se réduit, le nombre de librairies indépendantes se réduit, et même la part des livres dans les réseaux de grande distribution se réduit aussi », détaille Laurent Hénart. « Le rôle des collectivités, c'est de faire en sorte que le citoyen n'y perde pas la diversité culturelle », termine-t-il.