Le maître du Haut Château : Philip K. Dick sur le retour

Nicolas Gary - 19.12.2015

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - maitre haut chateau - Philip K. Dick - Amazon Prime


L’adaptation du livre de Philip K. Dick, produit par Amazon débutera une seconde saison, tant la popularité de la première encourage le cybermarchand. La société a renouvelé son accord, pour une nouvelle salve d’épisodes. Les dix premiers avaient débuté sur Amazon Prime – distribution exclusive – le 20 novembre dernier. 

 

 

 

Prévu dans le courant de l’année prochaine, sans plus de précisions pour le moment, Le maître du Haut Château est une uchronie spectaculaire de Dick. Loin d’une science-fiction starwarsienne, il s’agit là de l’exploration d’un monde alternatif, où les Allemands et les Japonais auraient remporté la Seconde Guerre mondiale. 

 

1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés ; le Reich et l’Empire du Soleil levant se partagent le monde.

Vingt ans plus tard, dans les Etats-Pacifiques d’Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L’occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. À San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M. Tagomi, grand amateur de culture américaine d’avant-guerre, dénichent chez lui d’authentiques merveilles.

D’ailleurs, que pourrait-il offrir à M. Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu’un autre livre, qu’on s’échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale... (retrouver le livre)

 

 

L’adaptation avait fait parler d’elle, pas vraiment dans les meilleurs termes, après qu’Amazon a lancé une campagne de publicité dans le métro new-yorkais. À grand renfort de symboles évoquant le monde nazi, la firme s’était retrouvée sous le feu des critiques. « Voir le drapeau américain associé à un symbole nazi est viscéralement choquant, d’autant qu’il n’y a pas de contexte pour en expliquer le sens », a également déclaré Evan Bernstein, directeur de l’Anti-Defamation League, association de lutte contre l’antisémitisme.

 

Pour mémoire, la mini-série est réalisée, en toute simplicité, par Ridley Scott et David W. Zucker