Le Man Booker Prize se met au livre numérique

Clément Solym - 02.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Booker - numérique - lecture


Le Man Booker Prize, grand prix littéraire anglophone, départage chaque année des centaines d’ouvrages de fiction contemporaine. Cette année, et pour la première fois, des centaines d’ouvrages seront analysés par les jurys sur un support numérique.

Beaucoup de juges se plaignaient de leur charge de travail et de l’incommodité du transport des livres, ils devraient donc se réjouir de pouvoir enfin cette année lire les textes des auteurs candidats du Booker Prize sur ebooks. Ceci leur permettra d’alléger leurs lectures et de lire partout où ils vont.

Pourtant, certains d’entre eux craignent que quelque chose ne se perde avec la lecture numérique. Ainsi, Stella Remington, membre du jury, avoue qu’elle apprécie le fait de lire dans son bain et n’est guère enthousiaste quant au plaisir que pourrait lui apporter un bain avec un lecteur d’ebooks qui risque de finir ses jours dans l’eau ou des pages imprimées depuis un fichier numérique, qui se mélangent et se froissent rapidement. (via the Independent)

Par ailleurs, dans le cadre d’un tel concours, la question se pose de savoir si la lecture est la même sur un support papier ou numérique. Les juges apprécieront-ils autant les livres sur ebooks ? Certains textes se prêtent-ils mieux que d’autre au support numérique ?

Ion Trewin, le directeur du prix littéraire a eu l’idée d’envoyer un Kindle ainsi qu’une copie physique des livres, la transition de support en est rendue plus aisée. Les juges auront donc le choix du support pour cette année et un peu plus de temps pour s’habituer au changement.

Contrairement aux dires d’Arifa Akbar, même si la lecture sur ebooks reste très différente, les applications de lecture numérique et les lecteurs d’ebooks possèdent pour la plupart des outils pour permettre de surligner, d’annoter ou de marquer certaines pages, ce qui facilite beaucoup le travail dans ce contexte.

Madame Akbar profite de cette nouvelle pour relancer l’éternel débat sur le livre numérique, regrettant l’aspect romantique du papier et se désolant sur la suppression d’un ouvrage numérique vite remplacé par un autre dans nos disques durs. Pourtant, c’est nier que l’on peut conserver bien plus de livres dans un lecteur d’ebooks que dans n’importe quelle bibliothèque particulière. Mais ce type de discussions est déjà passé et dépassé.