Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Motel du voyeur de Gay Talese reçoit le prix Sade 2017

Cécile Mazin - 17.09.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - marquis donatien sade - prix littéraire Sade - prix sade Gay Talese


En cette douce soirée du 16 septembre 2017, les membres du jury du prix Sade se retrouvaient pour définitivement délibérer. Et les jurés trouvèrent non seulement un lauréat, mais également un premier roman à saluer. Au prix Sade, on a de l’audace…

 

 

Le Prix Sade est, comme chaque année, doté d’une œuvre originale remise au lauréat. L’artiste choisi pour cette année 2017 est Erro. Pour mémoire, cette récompense est la réunion d’auteurs, d’éditeurs et autres artistes pour la célébration du libertarisme contemporain. 

 

Il s’agit de saluer un « authentique libéral qui sera parvenu, par delà les vicissitudes de la Révolution et l’emprise de l’ordre moral, à défaire les carcans de la littérature comme ceux de la politique ».

 

 

Le lauréat du prix Sade 2017 est donc Le Motel du voyeur, de Gay Talese (paru éditions du sous-sol). 

 

Le 7 janvier 1980, Gay Talese reçoit à son domicile new-yorkais une lettre anonyme en provenance du Colorado. Le courrier débute ainsi : « Je crois être en possession d’informations importantes qui pourraient vous être utiles. » L’homme, Gerald Foos, confesse dans cette missive un secret glaçant : voyeur, il a acquis un motel à Denver dans l’unique but de le transformer en « laboratoire d’observation ». Avec l’aide de son épouse, il a découpé dans le plafond d’une douzaine de chambres des orifices rectangulaires de 15 centimètres sur 35, puis les a masqués avec de fausses grilles d’aération lui permettant de voir sans être vu. 

 

Il a ainsi épié sa clientèle pendant plusieurs décennies, annotant dans le moindre détail ce qu’il observait et entendait — sans jamais être découvert. À la lecture d’un tel aveu, Gay Talese se décide à rencontrer l’homme. Au travers des notes et des carnets du voyeur, matériau incroyable découpé, commenté et reproduit en partie dans l’ouvrage, l’écrivain va percer peu à peu les mystères du Manor House Motel. Le plus troublant d’entre eux : un meurtre non résolu, digne d’une scène de Psychose, auquel le voyeur assisterait, impuissant.

 

Le voyeur exige l’anonymat, l’écrivain, soucieux de toujours livrer les véritables identités de ses personnages, s’en tient aux prémices de son enquête. Trente-cinq ans plus tard, Gerald Foos se décide à rendre publique sa machination et Gay Talese peut enfin publier ce livre dérangeant et fascinant.

 

 

Le prix Sade pour un premier roman est allé Pornarina, de Raphaël Eymery (Editions Denoël)

 

Depuis des décennies, Pornarina ensanglante secrètement l’Europe. Les rares à connaître son existence — les pornarinologues — l’ont surnommée la-prostituée-à-tête-de-cheval. Elle serait coupable de dizaines d’homicides. 



 

À plus de quatre-vingt-dix ans, le Dr Blažek est un tératologue renommé. Il vit dans un château fort avec sa fille adoptive : Antonie, vingt-quatre ans. La jeune contorsionniste assiste le docteur dans sa traque obsessionnelle de Pornarina, mais s’éloigne bientôt de son père adoptif, rebutée par l’esprit communément pervers des pornarinologues. 
 

[Extraits] Pornarina de Raphaël Eymery 


Trouvera-t-elle son salut dans la mystérieuse figure de la-prostituée-à-tête-de-cheval ? Incroyable voyage au cœur d’une famille Addams européenne, comédie macabre qui ressuscite la grande tradition française du théâtre de Grand-Guignol, Pornarina séduit par son audace littéraire, sa constante inventivité, et explore, sur fond de guerre des sexes, le thème de la mythification des tueurs en série.

 

 

Efin, quatre œuvres se sont vues saluées pour ce qu’elles évoquent de liberé

 

Martin van Maele (ou Le Diable se cache dans les détails), Catalogue raisonné établi par Luc Binet (Humus)

Farrel, de Christophe Bier (Christophe Bier éditeur)

Figures pissantes, Jean-Claude Lebensztejn, (Macula)

Le Grand Siècle déshabillé, Anthologie érotique du XVIIe siècle, établie et recensée par Jean-Paul Goujon (Collection Bouquins, Robert Laffont).

 

La remise du Prix Sade a valeur de reconnaissance et d’hommage pour un singulier et honnête homme, selon la définition de son siècle. 


 

Gay Talese – Le motel du voyeur – Editions du Sous Sol – 9782364682258 – 19 €

Raphaël Eymery – Pornarina – Coll. Lunes d’Encre Editions Denoël –  9782207137093 – 19 €

 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.
 

Les prix de la rentrée littéraire 2017

 

Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires