Le numérique à Montreuil, "déjà un peu mieux que l'année dernière"

Clément Solym - 29.11.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - Salon du livre et de la presse - jeunesse numérique - tablette


L'équivalent du Salon du Livre de Paris, version bambins, vient d'ouvrir ses portes à Montreuil, en présentant une configuration semblable à son ainé. Cependant, tandis que le rendez-vous de mars 2012 avait réservé une place importante au nouveau support, l'édition jeunesse semble plus frileuse vis-à-vis du numérique, et n'accorde qu'une rangée de tables à ses représentants.  Le tour en est vite fait.

 


 

 

« L'année dernière, nous n'étions que 3, alors c'est déjà un petit progrès » : tout de même, il ne faudra pas marcher trop vite pour éviter de manquer le « Pôle numérique », au niveau 1 du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Si le sous-sol offre de l'espace à Biblio-connection et son système Kinect, les 6 éditeurs/développeurs présents (ABC Melody, La Souris qui Raconte, l'Apprimerie, Zabouille, Slim Cricket et Webdokid) se marchent sur les iPads.

 

Les équipes sont souvent au complet : Fanny Herreras et Pierre Cecille forment ainsi à eux deux les éditions Zabouille, qui produisent EPUB et applications pour enfants depuis début 2011. « On voit nettement l'évolution » explique la responsable d'édition, « avec un intérêt croissant des enfants et des parents pour les tablettes. »

 

Des bagages variés, pour un monde sans pitié

 

Chez Slim Cricket, les applications seules occupent l'équipe de 4 personnes, avec Stéphane Pothieux pour gérer seul la partie technique du développement : « La présence est obligatoire sur toutes les plateformes, mais adapter l'adaptation pour passer de l'une à l'autre n'est pas vraiment compliqué » explique-t-il en précisant que toutes les applications sont pensées au départ pour la tablette d'Apple.

 

Ce même Apple qui jouait, début novembre, un coup pendable aux éditeurs en augmentant de manière générale et inattendue, le prix de toutes les applications. (voir notre actualitté) Depuis, le secteur en est revenu : « Je crois que tout le monde attendait un peu de voir ce que les autres feraient, et puis personne n'a rien fait... », nous explique un éditeur.

 

On retient l'importante variété de profils parmi ces éditeurs : certains viennent de l'édition traditionnelle, avec quelques stages dans des départements « papier », mais les formations ne se ressemblent guère : Julie Guilleminot, directrice de l'Apprimerie, est ainsi passée par un Master création et production multimédia à Paristech, et fait partie de la première génération d'éditeurs d'applications jeunesse.

 

<

>

 

 

La première publication de la maison, version abrégée du Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne, force l'admiration : contenus dynamiques et variés, illustrations artisanales bien foutues, qui affirment « l'influence du texte sur l'animation ». « En attendant l'EPUB3, les applications restent la meilleure solution pour nous, notamment pour les jeux typographiques. Et encore, cela reste galère... »

 

Mais on ne va pas se laisser gagner par le vague à l'âme... D'autant plus que les enfants ne lâchent qu'avec difficultés les écrans du pôle numérique. (voir notre actualitté)

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.