Le principal prix littéraire italien récompense un ouvrage sur l'ère Mussolini

Clément Solym - 04.07.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Canale - Mussolini - Pennachi


Le Strega, prix littéraire italien le plus important, vient d’être remis, pour l’année 2010, à l’écrivain Antonio Pennachi pour son roman Canale Mussolini, publié au sein de la Mondadori, maison chapeautée par Silvio Berlusconi.

Cet auteur, né en 1950 à Latina, s’est fait connaître du grand public en publiant son autobiographie en 2003 : Il fasciocomunista (Le Fasciste-communiste). Récompensée par le prix Napoli, l’œuvre fut ensuite adaptée au cinéma avec un certain succès sous le titre Mio fratello è figlio unico (Mon frère est fils unique).

Le prix Strega, qui a déjà honoré par le passé des grands noms de la littérature italienne tels que Umberto Eco ou encore Alberto Moravia, fait à nouveau sortir de l’ombre Antonio Pennachi. Cet écrivain, par sa biographie, est particulièrement représentatif de l’histoire contemporaine de la péninsule italienne.


Les parents de l’auteur étaient originaires de la plaine du Po’ ; ils sont venus vivre dans l’Italie du Sud suite à la demande du dictateur Mussolini qui voulait que l’on dynamise la région des « Marais pontins », ce qui fut effectif.

Après avoir travaillé pendant près de trois décennies comme ouvrier, Antonio Pennachi se mit à l’écriture pour narrer son parcours suite à son licenciement. Et il a de quoi dire. Etant passé du fascisme au Brigades rouges, l’auteur surprend par ses engagements.

A travers Canale Mussolini, l’écrivain revient sur son histoire familiale, souhaitant enfin comprendre ce qui poussa son père à s’engager dans cette volonté réformatrice conduite par Mussolini. Il ne faut cependant pas oublier qui fut ce dictateur et quelles furent ses décisions lourdes de conséquences.