Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Le Printemps des poètes pour « mettre en avant l’humanité et la dignité »

Elodie Pinguet - 02.03.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - Printemps des Poètes - Sophie Nauleau - poètes des Afriques


À deux jours du lancement de la 19e édition du Printemps des poètes, le ministère de la Culture et de la Communication organisait ce jeudi matin la présentation de la manifestation sur le thème de l’Afrique. Entre le 4 et le 19 mars, des activités seront organisées un peu partout en France pour mettre à l’honneur les poètes et la poésie africaine.

 

Soro Solo, l'un des parrains et la poète Tanella Boni

 

 

C’est une 19e édition qu’on pourrait placer sous le signe de la tolérance. Comme l’annonce si bien la ministre de la Culture et de la Communication lors de l’ouverture de son discours, « C’est une période qui n’est pas optimale aujourd’hui en France comme partout dans le monde, une période de violence dans les mots et au-delà des mots, où il y a aussi de l’ignorance. Je pense que ce Printemps mettra en avant l’humanité et la dignité. »

 

Pour la 16e et dernière fois, c’est le directeur artistique Jean-Pierre Siméon qui était responsable de l’organisation de l’événement. Un thème, l’Afrique, il faut même parler des Afriques : « La poésie des Afriques apporte un enracinement profond qui justifie d’un lyrisme authentique. » Pour ce projet africain, deux parrains ont été mobilisés, Soro Solo et Abderrahmane Sissako.

 

L’Afrique à l’honneur

 

Soro Solo est un journaliste ivoirien qui présente l’émission L’Afrique en Solo sur France Inter. Pour lui, cette édition du Printemps des poètes est une redécouverte : « Ça me permet de réduire mon ignorance en poésie et ça m’oblige à réviser mes classiques et à redécouvrir les poètes de mon propre pays, mais aussi ceux du reste de l’Afrique. »

 

La poésie change et évolue, sort des frontières classiques qui lui avaient été imposées : « Quand on découvre des jeunes slameurs, qui sont à leur manière des poètes, on sort des chemins communs de la poésie. Le printemps des poètes, en me proposant d’être parrain m’offre l’occasion de revisiter ce territoire littéraire, de renforcer et d’améliorer mes connaissances. »

 

Le Printemps des poètes exprime “le dynamisme de la poésie” 

 

Second parrain, Abderrahmane Sissako est un cinéaste mauritanien. De nos jours la poésie est partout, à la fois « dans les chants, dans la souffrance, dans la beauté ». Le Printemps des Poètes met donc à l’honneur l’Afrique à travers sa poésie et deux grandes figures, Léopold Sédar Senghor et Tchicaya U Tam’si.

 

Selon Jean-Pierre Siméon, ces deux poètes sont complémentaires. Le premier « s’empare de la langue française et la porte au plus haut » tandis que le second se situe dans le domaine de « la poésie protestataire ».

 

Demandez le programme

 

Pendant deux semaines, la France se met aux couleurs de la poésie africaine, entre expositions, projections et lectures. Nous pouvons retenir quelques événements majeurs :

 

- Le Week-end spécial sur France Culture les 4 et 5 mars. Une lecture de La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire sera proposée le dimanche soir sur les ondes par la compagnie Théâtre et Cie

- 6 mars à 17h à la station de métro Jaurès : concert poétique

- 13 mars à la Bibliothèque de l’Arsenal : Dialogue Césaire / Senghor

- 1§ au 18 mars : Festival ciné Poème à Bezons (95)

- Le 19 mars au Cabaret sauvage : Pour la clôture, le Printemps des Poètes s’est associé à la semaine de la langue française et de la francophonie qui se déroule du 18 au 26 mars.

 

La totalité du programme est à retrouver ici.

 

Un passage de flambeau

 

C’est une 19e édition toute particulière pour son directeur Jean-Pierre Siméon, puisqu’il a décidé que ce serait son dernier Printemps des Poètes. La présentation de ce jeudi matin a également été l’occasion pour lui de donner le témoin à sa successeuse, Sophie Nauleau, qui se déclare « époustouflée par l’envergure que Jean-Pierre a donnée au Printemps des Poètes ».

 

 

 

Pour elle l’événement est un véritable « catalyseur » qui met à l’honneur « la vitalité de la poésie ». Il est une caisse de résonance exceptionnelle : « L’engouement poétique, en France et par le monde, suscité par le Printemps des Poètes est non seulement précieux, mais pérenne tout au long de l’année. Et c’est très émouvant de mesurer qu’il y a tant de gens sur terre qui se nourrissent de cette langue qui est la seule à pouvoir dire, et comme personne, l’irrémédiable élan de nos vies. »

 

Avec une énergie neuve, Sophie prend le relais de cette belle aventure, tout en préservant l’âme insufflée au Printemps des Poètes par son prédécesseur : « Il y a chez Jean-Pierre une authenticité, une vérité et une empathie que je veux préserver. Je souhaite que le Printemps des poètes reste un événement à 360 degrés, je ne veux pas qu’on défende un certain style de poésie et pas un autre. Il faut garder cette intégrité et cette ouverture d’esprit. »

 

Avec entre autres la perspective d’un versant numérique plus inventif ou d’une place faite à la poésie encore plus vaste dans la France entière, Sophie Nauleau souhaite « à la fois entretenir cette formidable impulsion et tenter d'autres explorations » sans oublier qu’avant tout « la poésie c’est aussi une affaire de coeur ».

 

Récompenses et hommages

 

Le lancement de l’événement a aussi vu l’annonce des lauréats de deux prix. Le premier fait son grand retour, il s’agit du Grand Prix de la poésie du Ministère de la Culture et de la Communication. Il a cette année été décerné à Franck Venaille, pour l’ensemble de son œuvre. Il succède à Claude Vigée, dernier lauréat en 2013.

 

De son côté, le neuvième Prix Andrée Chedid du poème chanté est attribué à la jeune Élise Melinand pour sa chanson inspirée du poème de Salah al Hamdani, J’écrirai. Elle recevra son prix cet été lors du festival des Francofolies de La Rochelle.

 

Le Printemps des poètes est aussi l’occasion de se rappeler d’un grand nom de la littérature, Asli Erdogan, détenue en Turquie et « dont le jugement a été reporté au 14 mars », pendant que l’événement battra son plein.