Sylvie Dubin vient de remporter dimanche 25 juin le Prix Boccace 2017, qui récompense le meilleur recueil de nouvelles de l'année. Le jury a notamment salué l'intelligence et la sensibilité de son écriture en lui remettant la dotation de 2 500 €.


Sylvie Dubin entourée des membres du jury


 

Ce dimanche 25 juin 2017 s’est déroulée au Château de Chamerolles (Loiret) la « Fête de la nouvelle », réunissant auteurs, comédiens, musiciens, plasticien, chanteuse, danseur, collégiens, et la grande famille des lecteurs.

 

C’est lors de cette fête que le septième Prix Boccace, créé par l'association littéraire « Tu connais la nouvelle ? » et soutenu par le Conseil départemental du Loiret, a été décerné à Sylvie Dubin pour Vent de boulet, recueil de nouvelles publié aux éditions Paul&Mike.

 

Palmarès de l'Académie française 2017 : Charles Juliet, Grand Prix de Littérature
 

« Des hommes suspendus à des cerfs-volants pour surveiller les lignes, un opérateur du cinéma des armées accusé de complicité de meurtre ou encore des permissionnaires prisonniers d’un train fou dans la vallée de la Maurienne, telle est – entre autres récits insolites – la matière de ces treize fables vraies. »

 


Vent de boulet, Sylvie Dubin, éditions Paul&Mike

 

Sylvie Dubin a reçu le prix doté de 2 500 € des mains de Frédéric Néraud, vice-président du conseil départemental du Loiret et Jean-Marie Blas de Roblès, président du jury. Les autres membres, Christiane Baroche, Gérard Audax, Jean-Noël Blanc, Mercedes Deambrosis, Gilles Costaz et Jean-Bernard Pouy, ont salué l'ouvrage, « comme un puzzle construit avec intelligence et sensibilité. Sylvie Dublin ouvre des portes sans jamais en fermer et longtemps après on est encore sous le vent de ces récits ».

 

Le prix Boccace vise à soutenir et encourager la nouvelle contemporaine et ses auteurs depuis 2011, et récompense chaque année un recueil de nouvelles publié en langue française, en partenariat avec le Conseil départemental du Loiret. Sylvie Dubin a su cette année se démarquer par une écriture tantôt violente, tantôt drôle rendant hommage à ses ancêtres à travers le récit de destins croisés de 1914 à 1920. Elle succède à François Salmon pour Rien n'est rouge (éditions Luce Wilquin).

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.