Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Prix de la Page 111 tranche dans le vif de la rentrée littéraire

Antoine Oury - 03.10.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix de la Page 111 - Book Box - Radio Nova


Créé l'année dernière, le Prix de la Page 111, remis pendant l'émission Book Box du truculent Richard Gaitet, fêtait son anniversaire et sa deuxième édition sur la péniche La Nouvelle Seine, et en direct sur Radio Nova. Mais impossible de savoir si le tangage du bateau était dû au fleuve déchaîné ou aux jurés débridés...

 

 

Les jurés s'affrontent, Richard Gaitet s'accroche à son micro

 

 

A priori, rien ne distingue le Prix de la Page 111 des autres récompenses littéraires : un lieu cosy, des happy few, du papier. Mais une fois l'émission lancée, c'est une tout autre danse que mène Richard Gaitet, animateur de l'émission Book Box sur Radio Nova. En deux heures, les huit membres du jury vont se succéder derrière son micro pour un même exercice : une lecture, suivie d'une défense enflammée de l'ouvrage qui les aura conquis.

 

Seulement voilà, rien n'est gagné avant la révélation du lauréat, 111 minutes exactement après le début de l'émission qui affiche 2 heures d'antenne. Et, petite précision, le jugement des jurés n'est basé que sur la page 111 de chaque roman présélectionné. Marguerite Demoëte, attachée de presse, Charles Recoursé, traducteur, Aude Samarut, « Brigitte Bardot des libraires », et Bertrand Guillot, Guillaume Jan, François Perrin, Julien Blanc-Gras, journaliste et écrivain ont défendu leur favori. Sans oublier Richard Gaitet, maître en la demeure flottante.

 

 

<

>

 

 

Très vite, la cérémonie de remise de prix dérape : il faut dire que Gaitet jette de l'huile sur le feu, en invitant chaque juré à « défoncer » un de ses pairs en 111 caractères. Juste après l'éloge, c'est l'opprobre que l'on jette. La présence manifeste d'un des auteurs nommés (Pierre Jourde) n'arrêtera pas la verve vengeresse des participants. Si le bateau flotte toujours, le sang ne tardera pas à couler.

 

 

Les 111 caractères de cruauté de François Perrin, envers Manuel de survie à l'usage des incapables 

 

 

Indéniablement, le travail est sérieux : François Perrin fait reposer sa plaidoirie sur le mot « zinzin », cité une fois dans sa page 111, nous apprenant que « Le Robert l'a fait apparaître en 67 » et qu'« il désignait autrefois le bruit du tank. Un mot très franchouillard au milieu de cette page, qui nous rappelle la France, Môsieur ! » Richard Gaitet, de son côté, s'enflamme à la lecture de la page 111 de la Confrérie des chasseurs de livres : « De l'action pure et dure, avec ce grand Turc qui combat un certain Colin, une page faite pour être lue en public, avec les réactions du public, bref, une méta-page 111, qui valide notre travail », hurle-t-il dans le micro.

 

That's the magic number de De La Soul plus tard, c'est au tour de Pierre Jourde d'être lu par Charles Recoursé, tandis que certains l'appellent déjà affectueusement le « Poulidor » du Prix de la Page 111 (2 sélections en 2 éditions du Prix).

 

 

Le jury à ses dernières délibérations : « Il nous faut le nom du lauréat, les gens chez eux commencent à arracher toutes les pages 111 de leur bibliothèques » (Richard Gaitet)

 

 

Chaque participant révèlera également les « 111 fois » de son choix, avec en vrac avoir

mangé des bulots,

fait la bombe dans une piscine,

maudit ses parents pour son prénom, frontières traversées,

ouvert (et refermé) l'Ulysse de Joyce... (pour le bien des participants, les noms ont été effacés).

 

Et quelques anecdotes croustillantes : Thomas Gunzig, sélectionné pour Manuel de survie à l'usage des incapables, se serait ainsi battu dans un duel kung-fuesque avec son éditeur de l'époque, en 2008, à la Foire de Bruxelles, pour une histoire de litige juridique. Et aurait gagné.

 

Après 111 minutes d'émission, et autant de pintes de bière descendues, vient le moment de décerner le prix : Jean-Yves Lemesle prononce alors le nom d'Alain-Julien Rudefoucauld, après un discours que nous voulions mettre en lecture sonore, mais en fait non. L'auteur est récompensé pour Une si lente obscurité (Tristram), et par sa page 111 encadrée, ainsi qu'une résidence à l'année dans l'émission de Gaitet, Book Box, diffusée du lundi au jeudi, de 22 heures à minuit sur Nova...