Le prix de la porte dorée pour Le silence de mon père de Doan Bui

Cécile Mazin - 09.06.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - silence de mon père Doan Bui - prix littéraire de la porte dorée - Doan Bui prix littéraire


C’est l’histoire d’un père pris dans le silence et de sa fille partie part à la recherche de l’identité de cet homme... Le livre Le silence de mon père, publié aux éditions L’iconoclaste, par Doan Bui, vient de recevoir le prix littéraire de la Porte dorée. Une enquête intime menée comme un polar, un voyage dans les secrets de famille, les exils et la mémoire, de la banlieue du Mans aux ruelles de Hanoi. Et une dotation de 4000 €.​

 

Doan Bui © Sandrine Roudeix pour L'Iconoclaste

 

 

 

Sylvain Prudhomme, lauréat 2015 pour Les Grands (L’Arbalète/Gallimard) et membre du jury a déclaré : « Le Silence de mon père de Doan Bui est un livre profondément vrai, d’une auteure qui au l des pages se réapproprie son histoire, se réconcilie avec elle-même et avec les siens. Un livre généreux, qui écoute magnifiquement les êtres et en même temps accepte leur part d’irréductible énigme. Un livre splendide, que tout le jury est très heureux de saluer ». 

 

De son côté, Doan Bui, lauréate, a exprimé : « Ce prix m’honore profondément comme auteur, car il m’inscrit dans une famille de livres et d’écrivains dans laquelle je me reconnais. Il me touche aussi, de façon plus personnelle, en tant que fille d’immigrés, née en France. Mon identité s’est forgée via les livres : écrire, ça me semblait fabuleux, un travail quasi sacré, mais aussi quelque chose d’inaccessible : “un truc de Français”. Et pourtant, écrire, j’en ai fait mon métier. Ce prix, je le vois donc comme une reconnaissance, au sens de “se connaitre à nouveau”. Au sens de “réconciliation”. Des valeurs au cœur même du message porté par le Musée national de l’histoire de l’immigration, un message ô combien nécessaire dans le climat actuel... » 

 

 

Doan Bui est grand reporter à L’Obs. Elle a obtenu le prix Albert Londres en 2013 pour Les fantômes du fleuve, un article relatant l’odyssée des migrants tentant de rejoindre l’Europe via la Grèce. Elle est co-auteur, avec Isabelle Monnin, de Ils sont devenus français (JC Lattès, 2010). D’origine vietnamienne, elle a grandi au Mans. 

 

La sélection de cette 7e édition comprenait dix autres titres de l’année éditoriale en cours sélectionnés par un comité de lecture composé de professionnels du livre, d’historiens, d’enseignants, de journalistes :

 

  • Mektouba de Karima Berger (Albin Michel) ;
  • L'autre Joseph de Kéthévane Davrichewy (Sabine Wespieser) ;
  • Popa Singer de René Depestre (Zulma) ;
  • Nous dînerons en français d’Albena Dimitrova, (Galaade) ;
  • Comme la nuit se fait lorsque le jour s’en va de Libar M. Fofana (« Continents noirs », Gallimard) ;
  • Au moins il ne pleut pas de Paula Jacques (Stock) ;
  • Kidnapping de Gaspar Koenig (Grasset) ;
  • Les Bateaux ivres de Jean-Paul Mari (JC Lattès) ;
  • La Colombie et le Moineau de Khaled Osman (Vents d’ailleurs) ; et Venus d’ailleurs de Paola Pigani (Liana Levi).

 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.


Pour approfondir

Editeur : L'Iconoclaste
Genre : litterature...
Total pages : 250
Traducteur :
ISBN : 9791095438106

Le Silence de mon père

de Doan Bui

« Je ne sais pas qui est mon père. Je suis face à un reflet qui danse et tremble sur l'eau. Je tente de le capturer, je plonge la main, mais il se dérobe comme les bribes d'un rêve au matin. Il est pourtant là, si près. Insaisissable. Mon père, cet inconnu. » C'est l'histoire d'un père enfermé dans le silence. De sa fille qui part à la recherche de l'homme qu'il fut. C'est une enquête intime menée comme un polar, un voyage dans les secrets de famille, les exils et la mémoire, de la banlieue du Mans aux ruelles de Hanoi. Un récit, un roman-quête en forme de puzzle, drôle et nostalgique à la fois.

J'achète ce livre grand format à 19 €

J'achète ce livre numérique à 24.99 €