Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Le Prix des Deux Magots 2017 à Kéthévane Davrichewy pour L’autre Joseph

Cécile Mazin - 31.01.2017

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix des Deux Magots - Kéthévane Davrichewy prix - L'autre Joseph prix littéraire


Le Prix des Deux Magots 2017 a été attribué aujourd’hui à Kéthévane Davrichewy pour L’autre Joseph paru aux Éditions Sabine Wespieser. Il a été retenu dès le premier tour à 9 voix contre 3 pour 14 juillet d’Éric Vuillard (Éditions Actes Sud) et 1 voix pour Les possédées de Frédéric Gros (Éditions Albin Michel).

 

 

 

Journaliste, scénariste et écrivain Kéthévane Davrichewy est née à Paris. Après La Mer Noire (2010), qui déjà puisait son inspiration dans ses Origines géorgiennes, elle a publié, toujours chez Sabine Wespieser éditeur, Les Séparées (2012) et Quatre murs (2014).

 

« Joseph Djougachvili, dit Staline, surnommé Sosso dans les premières années de sa vie, est né en Géorgie, à Gori, en 1878. Quelques années plus tard, à quelques rues de là, naissait un autre Joseph, Davrichachvili, ou Davrichewy. »

 

Dès les premières lignes de son nouveau livre, Kéthévane Davrichewy avertit son lecteur : la mémoire familiale en sera la matière. Mais, quand son arrière-grand-père a grandi avec Staline, l’histoire intime prend très vite une dimension vertigineuse.

 

Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l’enfance de « l’autre Joseph » : fils du préfet de Gon, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s’il partage avec le petit Djougachvili des rêves d’héroïsme et de grandeur, son camarade — exalté, batailleur et arrogant — l’agace. D’autant qu’on ne cesse de souligner leur ressemblance physique, frappante en effet. Des rumeurs ne circulent-elles pas sur une liaison entre le préfet Davrichewy et la mère de Sosso ?

 

Le Prix des Deux Magots a été créé en 1933 et est doté de 7700 euros. Il avait primé l’an dernier Pierre Adrian pour La piste Pasolini

 

Pour la petite histoire, il faut savoir qu’il existe deux cafés Les Deux Magots dans le monde. En marge de celui de Paris, un café-restaurant à l’enseigne de l’établissement germanopratin a ouvert ses portes à Tokyo en 1989. Cette version japonaise des Deux Magots se situe à l’intérieur du Bunkamura, un centre culturel dédié à toutes les formes artistiques. Un prix littéraire, le Prix Bunkamura, y est d’ailleurs décerné chaque année en septembre. Il récompense un écrivain japonais.

 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.

 

 


Pour approfondir

Editeur : Sabine Wespieser
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782848052007

L'Autre Joseph

de Kéthévane Davrichewy

« Joseph Djougachvili, dit Staline, surnommé Sosso dans les premières années de sa vie, est né en Géorgie, à Gori, en 1878. Quelques années plus tard, à quelques rues de là, naissait un autre Joseph, Davrichachvili, ou Davrichewy. » Dès les premières lignes de son nouveau livre, Kéthévane Davrichewy avertit son lecteur : la mémoire familiale en sera la matière. Mais, quand son arrière-grand-père a grandi avec Staline, l’histoire intime prend très vite une dimension vertigineuse. Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l’enfance de « l’autre Joseph » : fils du préfet de Gori, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s’il partage avec le petit Djougachvili des rêves d’héroïsme et de grandeur, son camarade – exalté, batailleur et arrogant – l’agace. D’autant qu’on ne cesse de souligner leur ressemblance physique, frappante en effet. Des rumeurs ne circulent-elles pas sur une liaison entre le préfet Davrichewy et la mère de Sosso ? Jusqu’à la révolution de 1905, où les ardents activistes que sont devenus les deux Joseph combattront côte à côte, leurs destins s’écrivent en parallèle. Tous deux poursuivent leur scolarité à Tiflis : Sosso au séminaire, où il s’avère un agitateur notoire ; Joseph au collège, où il prend sous sa protection un garçon romantique et malingre, Lev Rosenfeld, le futur Kamenev. Alors que Sosso est envoyé en prison, puis exilé en Sibérie, Joseph part étudier à Paris, bouillonnant d’idées révolutionnaires. Quand ils se retrouvent à Tiflis, Joseph se bat pour une Géorgie indépendante, alors que Sosso le Bolchevik a d’autres visées. La distance se creuse, nourrie par les anciennes rivalités… Comme autant de ponctuations rythmant les tumultueuses aventures des deux jeunes gens, des chapitres plus personnels interrogent le destin familial : qu’en aurait-il été des Davrichewy si, depuis sa tendre enfance, Joseph n’avait pas été obligé de prendre en compte son encombrant camarade – et supposé demi-frère ? Dans sa passionnante enquête sur son mystérieux arrière-grand-père, l’écrivain s’empare de l’histoire pour la mettre à sa vraie place : dans sa vie. Les dernières pages de son roman éclairent de manière bouleversante la dédicace à son propre père. Kéthévane Davrichewy est née à Paris. Après La Mer Noire (2010), qui déjà puisait son inspiration dans ses origines géorgiennes, elle a publié, toujours chez Sabine Wespieser éditeur, Les Séparées (2012) et Quatre murs (2014).

J'achète ce livre grand format à 21 €

J'achète ce livre numérique à 15.99 €