Le Prix du meilleur livre étranger au Britannique Alan Hollinghurst

Julien Helmlinger - 15.11.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix du meilleur livre étranger - Alan Hollinghurst - L'enfant de l'étranger


Le Prix du meilleur livre étranger comporte deux catégories avec chacune son lauréat annuel. L'attribution concernant le roman revient cette année à l'écrivain britannique Alan Hollinghurst, pour L'Enfant de l'étranger, tandis que celle dédiée aux essais couronne de lauriers l'auteur belge Erwin Mortier pour ses Psaumes balbutiés. Si le premier cité s'est penché sur la réflexion ironique et le thème des caprices de la mémoire, le second décrit la dégénérescence de sa mère en une succession de fragments de poésie...

 

 


 

Le jury du prix créé en 1948 n'aura pas été insensible à la fibre poétique cette année, et ce, dans les deux catégories littéraires en lice. Comme le présente l'AFP, le 5e roman de Hollinghurst, L'enfant de l'étranger, sur quelque 700 pages composées en plus de quatre ans, passe en revue la société britannique et son regard sur l'homosexualité, les rapports de classe, par une fresque qui s'étale sur trois générations du XXe siècle, de 1913 à 2008.

 

Alan Hollinghurst est né le 26 mai 1954 à Stroud, dans le Gloucestershire, fils unique d'un banquier. Il a fait ses études et enseigné les lettres à l'université d'Oxford, et est notamment devenu critique littéraire au Times Literary Supplement sur la période 1982-1995. Son premier roman, La piscine-bibliothèque, évoquant son lot de frénésies sexuelles situées dans l'été 1983 londonien, lui aura rapidement valu son étiquette d'auteur gay que l'auteur estime quelque peu restrictive.


Au Royaume-Uni, Hollinghurst a déjà été décoré de prestigieux prix littéraires, au rang desquels le Somerset Maugham Award pour La Piscine-bibliothèque, en 1988, ainsi que le Booker 2005, pour La ligne de beauté

 

A retrouver sur Chapitre.com