Le Prix Femina décerné à Léonora Miano pour La Saison de l'ombre

Antoine Oury - 06.11.2013

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix Femina - Léonora Miano - La Saison de l'ombre


L'auteure Léonora Miano est lauréate du Prix Femina 2013 pour La Saison de l'ombre, publié chez Grasset. Avec ce 7e roman, l'auteure aborde la traite négrière vue par une communauté africaine. Un prix « symbolique », selon l'auteure, alors que le racisme connaît en France un regain de visibilité et de vivacité plus qu'inquiétant.

 

 

L'auteur Léonora Miano au Salon du livre de Paris pour le débat La Femme : un roman, en 2010 (Georges Seguin, CC BY-SA 3.0)

 

 

 Après Une Saison blanche et sèche, de Nadine Gordimer, La Saison de l'ombre : 2 livres, 2 contextes, mais quels sont les changements entre ces deux parutions ? D'après l'auteure Léonora Miano, le prix « revêt un aspect symbolique après qu'une ministre française, Christiane Taubira, ait été traitée de guenon ».

 

Née en 1973 à Douala au Cameroun, l'auteure réside en France depuis une vingtaine d'années et a été touchée par les propos racistes visant la ministre de la Justice. « Ce n'est pas seulement elle qui est insultée, mais toutes les personnes noires qui sont animalisées. Ce n'est pas seulement le roman en lui-même qui est symbolique, mais mon visage qui ressemble au sien », a ajouté l'auteure.

 

Miano avait reçu le Prix Goncourt des Lycéens en 2006, pour son ouvrage Contours du jour qui vient (Plon, 2006). L'auteure a également eu un mot pour François Hollande : « On aurait aimé que les réactions ne viennent pas seulement de nous, mais du chef de l'Etat, et que ceux qui l'ont insultée soient poursuivis par la loi. » D'après la porte-parole du gouvernement, François Hollande aurait appelé « à la plus grande fermeté et à la plus grande vigilance » lors du Conseil des ministres de ce matin.

 

Par ailleurs, le Prix Femina du meilleur roman étranger a été décerné à l'Américain Richard Ford pour Canada (L'Olivier), tandis que le Femina de l'Essai allait à Jean-Paul et Raphaël Enthoven pour leur Dictionnaire amoureux de Proust (Plon/Grasset). Benoîte Groult a également annoncé qu'il s'agissait de la dernière remise du Femina pour elle. Âgée de 93 ans et ne résidant pas dans la capitale, la journaliste et auteure a choisi de se retirer du jury.