Le prix Femina pour Patrick Lapeyre

Clément Solym - 02.11.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Virilo - Oksanen - Pantin


 L'auteur, originaire de Pantin en région parisienne, est sacré pour son roman La vie est brève et le désir sans fin (P. o.l).

Une journée qui restera gravée dans la mémoire pour Patrick Lapeyre. Lauréat du Femina certes, mais surtout, lauréat d'un prix Virilo. Non pas LE prix Virilo (Emmanuel Dongala), mais « l'Accessit du titre qui sera bientôt plus long que le texte en quatrième de couverture ». En compagnie de messieurs Jean d'Ormesson et Robert Bober.


Étudiant à Henri IV à Paris, en hypokhâgne et khâgne, il devient par la suite professeur de français. « Je n'avais pas vraiment de vocation pour l'enseignement, mais c'est un métier qui permet d'écrire », avoue-t-il. L'auteur ne se lancera vraiment dans la littérature qu'à 35 ans, avec Le Corps inflammable. Il obtient par la suite le Prix du Livre Inter en 2004 pour l'Homme soeur.

La vie est brève et le désir sans fin raconte l'histoire d'un trio amoureux, dans laquelle la perte et l'attente mènent à la danse. C'est le septième ouvrage de l'écrivain.

Le Femina du roman étranger est décerné à Sofi Oksanen, une jeune Finlandaise pour son roman Purge, une évocation de l'histoire de l'Estonie depuis la seconde Guerre mondiale jusqu'aux années 1990 (Stock). La Finlandaise a déjà fait des ravages dans son pays, raflant tous les prix littéraires. Le prix du document a été attribué à Jean-Didier Vincent pour Elisée Reclus, une biographie du géographe anarchiste du XIXe (Fayard).