Le Prix Goncourt des Lycéens à Gaël Faye pour Petit pays

Antoine Oury - 17.11.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Prix Goncourt lycéens - Gaël Faye Petit pays - Gaël Faye livre


Le cycle 2016 des prix littéraires de la rentrée touche à sa fin, mais quelques grandes récompenses sont encore attendues : le Prix Goncourt des Lycéens en fait partie. Et c'est le romancier Gaël Faye qui remporte la récompense, pour Petit pays (Grasset), premier roman amplement salué, mais finalement peu récompensé.

 

Gaël Faye - Le Livre sur la Place 2016

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Gaël Faye aura peut-être un peu pâti de sa condition de jeune premier : il avait ouvert le bal des récompenses littéraires avec le Prix du Roman Fnac. Présent dans la plupart des listes de grands prix, y compris l'Interallié, le Renaudot et le Goncourt, il termine finalement la saison avec le Prix Goncourt des Lycéens. Pas vraiment un prix de consolation, toutefois, puisque les ventes de ce dernier sont supérieures à celles du Goncourt, d'après les chiffres des dernières années.

 

 


 

Il faisait notamment face à Ivan Jablonka, Laurent Mauvignier, Leïla Slimani ou Karine Tuil. Créé en 1988, le Prix Goncourt des Lycéens propose à des élèves de classes de lycée d'élire leur ouvrage favori au sein d'une sélection réalisée par l'Académie Goncourt. Le choix des jurés s'est bien accordé avec celui du coorganisateur du Prix, la Fnac...

 

Petit Pays a également reçu le Prix Procope du Premier roman.

 

 

« À la lecture, quelque chose d’universel semble avoir fait l’unanimité : le roman évoque l’âpreté de l’existence, à travers la voix d’un enfant... L’histoire parle à chacun, jeunes et moins jeunes, ici et ailleurs », expliquait Juliette Joste, éditrice du livre, à propos de Petit pays et de son accueil à l'étranger. Parallèlement à son activité d'écrivain, Gaël Faye est rappeur, auteur de l'album en solo Pili Pili sur un croissant au beurre en 2013 et de plusieurs sorties au sein du groupe Milk Coffee and Sugar.

 

Le résumé de l'éditeur :

 

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce " petit pays " d'Afrique brutalement malmené par l'Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l'envahit, l'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français...

 

Avec ce premier roman bouleversant, Gaël Faye fait une entrée remarquable sur la scène littéraire. A travers les destins singuliers et inoubliables de ses proches, il évoque à la fois la saveur d’une enfance heureuse qui touche à sa fin, l’extinction d’une famille et la chute progressive de deux pays, le Burundi et le Rwanda voisin, livrés aux massacres et à la guerre civile. Auteur-compositeur et interprète, désormais romancier, Gaël Faye témoigne ici du rôle vital que peut jouer la littérature comme échappatoire à la guerre et à la barbarie. Un roman en forme de message d’espoir pour la jeune génération qui a ici plébiscité ce roman. Audrey Azoulay

 

 

Retrouver la liste des prix littéraires français et francophones.